Émilien Jeannière : Il y a toujours un petit truc qui nous refait penser aux championnats d’Europe

C’était sa première année chez les espoirs mais cette saison restera inoubliable puisqu’Emilien Jeannière aura vécu une finale de coupe de France extraordinaire mais aussi l’explosion de Mathieu Burgaudeau lors de cette saison. Vice champion d’Europe juniors 2016 derrière son ami Nicolas Malle, Émilien Jeannière a énormément appris aux côtés de garçons comme Taruia Krainer ou encore Axel Journiaux mais malgré les quelques difficultés que le Vendéen a rencontré cette saison il ne retiendra que le positif. Un an après son podium aux championnats d’Europe, celui qui termine sa première année chez les espoirs repense à ce moment et nous en parle comme ci c’était hier. Alors que la fin de saison pointe le bout de son nez, nous sommes partis à la rencontre d’Émilien Jeannière. Entretien.

 

« J’ai appris énormément auprès des gars de l’équipe. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Émilien ! Comment vas-tu ? Pour commencer, peux-tu te présenter s’il te plaît ?

E.J : Bonjour, ça va bien. Je m’appelle Émilien Jeannière, j’ai bientôt 19 ans. Je suis au Vendée U depuis le début de la saison et auparavant au Vélo Club les Herbiers.

Première saison chez les espoirs avec Vendée U et quelle saison ! L’équipe remporte la coupe de France après une superbe course et elle découvre un prodige au nom de Mathieu Burgaudeau, est-ce que finalement on pouvait espérer mieux ?

C’est une belle saison dans l’ensemble pour l’équipe. On a réussi à se montrer sur différents plans et cette finale de coupe de France montre qu’il ne faut jamais rien lâcher. Mathieu s’est vraiment découvert au plus haut niveau cette saison, à chaque course il faut compter sur lui.

Quel bilan en tires-tu ?

Pour moi cette saison a été un peu difficile même si elle avait bien débuté. J’ai eu du mal à m’adapter scolairement ce qui me prenait vraiment la tête. J’ai aussi été blessé à plusieurs reprises suites aux chutes ou une lésion il y a peu de temps. Mais je peux retenir du positif, j’ai appris énormément auprès des gars de l’équipe.

Emilien Jeannière 2

« Il ne faut pas se mettre en travers de sa route. »

Lors de notre dernière interview en novembre 2016 tu te préparais pour intégrer cette structure, est-ce qu’au cours de cette saison tu as découvert des aspects de toi que tu ne connaissais pas ?

Oui, je me connais de plus en plus même s’il reste toujours des points sombres. Mentalement, il y a une grosse différence avec les années juniors.

Il y a aussi Mathieu Burgaudeau, un grand ami à toi, on peut dire qu’il a impressionné énormément de personnes, que penses-tu de lui ?

Il faut dire qu’il m’a impressionné aussi. Je roule souvent avec lui et je le sens quand il est bien ou pas. Plus c’est dur, plus il est fort. Il est vraiment déterminé et il ne faut pas se mettre en travers de sa route.

Revenons à toi, il y a un an Nicolas Malle devenait champion d’Europe juniors en te devançant, quand tu te remémores les instants de cette victoire ça doit être énorme ?

Oui le 16 Septembre, un grand moment pour moi. J’ai fait deuxième mais c’est une victoire. Chez moi, je me lève tous les matins avec la photo de l’arrivée et la médaille en face de moi. Cette saison, j’y suis retourné pour la Manche Atlantique, ce n’était pas le même résultat pour moi mais j’étais vraiment le plus heureux quand j’ai vu Mathieu couper la ligne en première place.

Emilien Jeannière 1

« Il y a toujours un petit truc qui nous refait penser aux championnats d’Europe. »

Quand vous en parlez entre vous, vous refaites la course ?

Avec Nicolas, on se voit souvent sur les courses et il y a toujours un petit truc qui nous refait penser aux championnats d’Europe, cette échappée et ce sprint final.

Maintenant que la fin de saison approche, le regard commence à se porter vers 2018 mais feras-tu un tour par le cyclo-cross ?

Je reprends juste les courses après un été blessé, donc pour le moment je pense encore à la fin de saison, jusqu’à mi octobre. Je ne serai pas sur les cyclo cross cet hiver mais plutôt en VTT.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ?

La réussite et prendre du plaisir.

 

Kentin

Photos : Marie Greneche Photographies (Photo de couverture & 1) ; Alexia Tintinger (2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s