Félicien Gicquel : Ces moments sont magiques surtout quand il s’agit du premier titre

Il est devenu champion de France du scratch chez les cadets il y a quelques semaines. Un titre qu’il a savouré puisque dix ans d’efforts ont été récompensés et c’est à ce moment que Félicien Gicquel a compris que le travail était le plus grand facteur de la réussite, une prise de conscience qui permettra à notre Breton d’aller conquérir d’autres titres grâce à ses qualités. Mais il ne pourra porter le maillot tricolore très longtemps puisqu’il passera un nouveau cap dans sa jeune carrière, un passage chez les juniors que le cycliste de Redon va devoir bien gérer afin de réaliser de belles performances mais avant de penser à la route, il devra d’abord se focaliser sur le cyclo cross qui approche à grand pas, une nouvelle échéance pour Félicien Gicquel qui peut et espère ramener un nouveau maillot de champion de France à la maison. De retour sur la piste mais cette fois-ci à Plouay, Félicien Gicquel a accepté de revenir sur les récents événements qui ont bouleversé sa vie d’adolescent. Entretien.

 

« Un titre national me récompense de tous mes efforts depuis quasiment plus de dix ans. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Félicien, comment vas-tu ? Pour commencer, peux-tu te présenter s’il te plaît ? 

F.G : Bonjour, ça va. Je m’appelle Félicien Gicquel, j’ai 16 ans, je suis issu d’une famille de cyclistes dont mon tonton qui est le président de mon club formateur, le Redon O.C. Je fais un bac pro commerce en alternance dans un magasin de cycles. (Les cycles Chedaleux à Redon) Je fais du cyclo-cross, de la route et bien entendu de la piste.

Tu es devenu champion de France sur piste cadets de scratch, forcément pour un Breton ça veut dire beaucoup de choses, ce sont d’énormes efforts qui ont été récompensés ? 

Oui c’est sûr qu’un titre national me récompense de tous mes efforts depuis quasiment plus de dix ans maintenant.

Un titre national rajoute de la motivation et de la détermination, penses-tu déjà à un nouvel exploit chez les juniors la saison prochaine ? 

Mon année de junior première année va commencer dans les sous bois en cyclo cross et en espérant comme toujours être plutôt bien placé sur les coupes de France et bien figuré au Championnat de France qui aura lieu sur mes terres si je peux le dire comme ça car c’est à moins de trente minutes de chez moi puisqu’il se déroule à Quelneuc.

Félicien Gicquel

« Ces moments sont magiques surtout quand il s’agit du premier titre. » 

Un Breton avec un maillot de champion de France devient une chose commune mais réaliser trois championnats de France est quand même très impressionnant ? 

Oui c’est vrai que les Bretons sont partout comme on dit (rires) que ce soit sur piste, route ou cyclo cross, il y en a partout. Pour ma part, j’ai eu la chance de faire trois championnats de France cette année entre route, piste et cyclo cross, et cela n’est pas courant, mon collègue Axel Laurance y a participé tout comme moi à ces trois derniers.

A quel moment as-tu réalisé que tu venais de remporter un titre national ? 

C’est difficile à dire, on ne réalise jamais sur le moment. La Marseillaise et tout ça passe tellement vite. Ces moments sont magiques surtout quand il s’agit du premier titre.

Les jours suivants sont toujours euphoriques, es-tu descendu de ton petit nuage tricolore ? 

J’ai couru pour la première fois avec ce beau maillot à Plouay sur le vélodrome avec beaucoup de personnes c’était vraiment incroyable !

Félicien Gicquel

« Je n’aurais pas l’occasion de le remettre sur les compétitions donc profitons un maximum. »

Lors des 4 jours CIC de Plouay tu étais présent au vélodrome de Manéhouarn pour l’épreuve piste, c’était important pour toi de venir montrer ton maillot et montrer aux Bretons ce que tu es ? 

Oui et surtout il faut en profiter car je suis cadet deuxième année et je passe en junior donc l’année prochaine je n’aurais pas l’occasion de le remettre sur les compétitions donc profitons un maximum.

Quels sont tes objectifs pour le reste de la saison ? 

Tout simplement de me faire plaisir et là j’ai ressorti les vélos de cyclo-cross pour déjà se plonger dans la suite et bien préparer la technique car le cyclo-cross ce n’est pas que les jambes, si on n’a pas un minimum de technique entre tous les portés, les passés dans la boue et les planches qui pour ma part passent le plus souvent sans descendre !

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ? 

Que me souhaiter de mieux pour la suite ? Je pense tout simplement que ça continue dans le même élan !

 

Kentin

Photos : Sandra Bailly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s