Emmanuel Morin : J’étais aussi sur le tour de l’avenir pour apprendre et prendre de l’expérience

Il aura vécu neuf jours de bonheur malgré certaines difficultés lors des étapes montagneuses. Deuxième meilleur sprinteur de la plus belle course chez les espoirs, Emmanuel Morin repartira aussi avec le sentiment d’avoir accompli de belles choses malgré quelques erreurs qui lui permettront de parfaire son sprint lors des prochaines courses. Partis de Bretagne pour la première fois, les coureurs du peloton mondial n’ont pas été déçus par les supporters Bretons qui étaient fiers de pouvoir montrer leurs couleurs et surtout leur maillot ! Terre de cyclisme et de champions, le coureur de l’équipe Sojasun Espoirs a vécu trois premières étapes mouvementées dans sa belle région puisque les cœurs ont battu pour les représentants de la région Bretagne, une représentation qui n’a pas déçu les spectateurs. Alors qu’il se remet petit-à-petit de cette compétition, nous sommes partis déranger Emmanuel Morin quelques instants. Entretien.

 

« Ces neuf jours de courses me serviront pour la suite. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Emmanuel ! Comment vas-tu ? Pour commencer, peux-tu te présenter s’il te plaît ?

E.M : Bonjour ! Très bien ! Je m’appelle Emmanuel Morin, j’ai 22 ans. Je pratique le cyclisme sur route depuis trois ans et je suis actuellement dans la formation Sojasun Espoirs.

Tu ressors du Tour de l’Avenir avec la sélection Bretonne, pour cette première question peux-tu nous faire un bilan de cette compétition ? 

C’est une magnifique expérience. Porter le maillot de Bretagne alors que le tour partait de Loudéac, c’est top. On était vraiment supporté sur les premières étapes alors forcément on a envie de montrer le maillot encore plus. Personnellement, mon tour de l’avenir s’est bien passé. Dès la première étape je me suis classé quatrième en terminant troisième du sprint du peloton. Donc forcément après ça j’ai couru sans pression. Après j’ai fait plusieurs top 15 et j’ai réussi à passer la montagne. Donc mon tour de l’avenir est réussi. Ces neuf jours de courses me serviront pour la suite.

Tu termines à la 104è place du général, en tant que sprinteur, fait-on attention à ce genre de classement ? 

En temps normal, sur une course par étapes sans montagne oui. J’essaye de me classer au général aussi. Mais sur le tour de l’avenir, je visais uniquement les étapes. Je ne connaissais pas mon niveau en montagne et rivaliser avec des gars qui sont de purs grimpeurs m’a tout de suite paru impossible. En revanche, j’ai essayé de jouer le classement par points en me plaçant sur arrivée au sprint et les sprints intermédiaires. J’arrive à terminer deuxième de ce classement donc c’est positif.

Emmanuel Morin

« J’étais aussi sur le tour de l’avenir pour apprendre et prendre de l’expérience. »

On remarque que tu as réalisé de belles performances notamment avec une quatrième place lors de la première étape mais es-tu satisfait de tes courses ? 

J’ai fait quelques erreurs sur les étapes suivantes qui m’ont certainement coûté des top 10 voire top 5. Mais j’étais aussi sur le tour de l’avenir pour apprendre et prendre de l’expérience. Ça faisait aussi parti du jeu.

C’est la première fois que le Tour de l’Avenir s’élance de Bretagne, quelles émotions t’envahissent à ce moment précis ? 

C’est une fierté. Porter les couleurs du comité alors que le départ était en Bretagne, ça donne forcément envie d’être à l’avant. Surtout quand on sait que la Bretagne est une terre de cyclisme. Les supporters étaient au rendez vous les trois premières étapes. C’est top.

Quel était l’objectif de départ ? 

Se faire plaisir et montrer le maillot. Évidement on avait pour objectif de faire des résultats même si on savait que la tâche serait rude face aux grandes nations. Au final, le bilan est bon. On était à l’avant tous les jours et Adrien termine avec le maillot combatif de la deuxième étape.

Emmanuel Morin 1

« J’espère forcément lever les bras avant la fin de saison. »

Il reste encore de belles courses à remporter durant cette fin de saison, comment vas-tu aborder le dernier tiers ?

Sans pression. J’espère forcément lever les bras avant la fin de saison mais je veux avant tout continuer à me faire plaisir sur le vélo. Je pense que le reste en découlera.

Tu réalises une super saison, penses-tu déjà à la saison 2018 ? 

C’est vrai que le bilan de 2017 est bon même si une victoire serait la bienvenue. Pour 2018, je pense déjà à la préparation hivernale. Je vais continuer à m’entraîner dur pour arriver en forme sur les premiers objectifs mais j’espère surtout qu’elle sera encore meilleure qu’en 2017.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ? 

Question difficile… Je dirais de continuer à me faire plaisir et surtout de continuer ma progression le plus loin possible.

 

Kentin

Photos : Cassandra Donne Photographies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s