Clément Maury : La situation nous fait prendre conscience de l’importance de l’après carrière

Il a été l’un des plus grands acteurs de la folle épopée du Gazélec d’Ajaccio mais aujourd’hui le vent a tourné et Clément Maury se retrouve désormais sans club. Une situation difficile à vivre pour ce gardien de trente et un ans qui a effectué le stage UNFP avec l’espoir de trouver un nouveau club en vain. Détenteur d’un bac+5 en informatique, le natif d’Aurillac espère pourtant commencer une nouvelle vie plus tard et continuer à vivre de sa passion, le football. Malgré ces nombreuses déceptions depuis le début de la saison dernière, Clément Maury garde espoir et ne lâche pas son rêve des mains, un combat que ce gardien formé à Châteauroux compte bien remporter au bout d’un moment. En pleine préparation physique afin de trouver une nouvelle équipe, nous sommes partis déranger Clément Maury quelques minutes. Entretien.

 

« Les conditions sportives et contractuelles n’étaient pas réunies pour que je continue. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Clément ! Pour commencer, peux-tu te présenter s’il te plaît ? 

C.M : Bonjour. Je m’appelle Clément Maury, j’ai trente et un ans, je suis footballeur professionnel depuis 2012. J’ai été formé à Châteauroux de 2000 à 2005 dont deux ans avec le groupe professionnel mais sans signer de contrat professionnel. J’ai ensuite repris mes études pour aller jusqu’au bac+5 en informatique. En parallèle, j’ai pu continuer à jouer à un bon niveau (CFA et CFA2) en effectuant deux ans à Brive et trois ans à Toulouse Fontaines. En juillet 2010, je suis venu au Gazélec Ajaccio alors en CFA.

Ancien gardien du Gazélec d’Ajaccio, tu as été un acteur majeur de la folle épopée du club Corse, aujourd’hui une page s’est tournée. En partant, t’es-tu rendu compte qu’il était temps de partir ? 

Je n’avais pas l’idée de partir absolument. Disons que les conditions sportives et contractuelles n’étaient pas réunies pour que je continue. Les deux parties n’avaient pas la volonté de faire des efforts pour continuer, on a dû sentir qu’on était arrivé au bout de notre cycle.

Beaucoup de joueurs sont partis, est-ce que le club n’a pas perdu sa philosophie en laissant partir les joueurs majeurs de la remontée ? 

C’est la difficulté constante pour un club, trouver l’équilibre entre continuité et renouvellement. L’équipe dirigeante est là depuis de nombreuses années, c’est à eux de faire perdurer l’esprit qu’ils souhaitent. De ce côté on peut leur faire confiance.

Clément Maury 2

« La situation nous fait prendre conscience de l’importance de l’après carrière. »

Rodéric Filippi a trouvé un club depuis 2016, ne regrettes-tu pas le fait de ne pas être parti plus tôt ? 

À la différence de Rodé (Filippi), c’est qu’il me restait un an de contrat. Je ne voulais pas partir pour partir mais il est vrai que de n’avoir quasiment pas joué la saison dernière n’est pas un plus pour maintenant trouver un club.

Est-ce dans ce moment qu’on se rend compte de l’importance de l’après carrière ? 

C’est sûr que la situation nous fait prendre conscience de l’importance de l’après carrière mais j’espère que ce ne sera qu’une transition et que j’aurai encore un peu de temps pour y penser véritablement.

Tu as réalisé quelques essais et un stage UNFP, selon toi qu’est-ce qu’il te manque pour retrouver un club ?

Comme je l’ai dit précédemment le fait de ne quasiment pas avoir joué pendant un an est un handicap, même si j’ai joué près de trente matchs en moyenne sur les sept dernières saisons. Différents facteurs rentrent en jeu pour un recrutement, le timing, le profil recherché, l’âge, les besoins, etc… Pour l’instant ça n’a pas matché avec un club, mais il ne faut pas perdre espoir.

Le stage UNFP est bien pour les joueurs sans club mais en tant que footballeur on a vite envie d’y partir ? 

C’est tout le paradoxe du stage organisé par l’UNFP, le cadre est idéal pour travailler, les intervenants médicaux et sportifs sont compétents, on travaille bien, on y est bien, mais on a envie d’en partir et eux aussi ont envie qu’on y reste le moins longtemps possible !

Clément Maury

« Les marchés anglais et chinois ont dérégulé les transferts et les salaires. »

Un média a réalisé un documentaire inside sur toi, lorsqu’on est dans ta situation, accepte-t-on les sollicitations plus facilement ? 

J’ai toujours fait en sorte de répondre favorablement aux différentes demandes mais il est vrai qu’en plein mois d’août on est davantage occupé quand on est avec un club que sans.

Le mercato s’enflamme depuis quelques temps, comprends-tu cet engouement impressionnant ? 

De façon globale, je dirai que les marchés anglais et chinois ont dérégulé les transferts et les salaires. Mais les clubs ne sont pas complètement fous non plus, s’ils font une opération d’une grosse ampleur c’est que d’un point de vue financier au minimum c’est cohérent. Florentino Pérez, dans les années 2000, avait recruté Figo, Zidane, Beckham, Ronaldo, Cristiano Ronaldo, etc… Il avait dit qu’il était mieux de recruter un joueur à 100 millions d’euros que 5 à 20 millions car le premier rapportait de l’argent alors que les autres en coûtaient. Les clubs sont des entreprises.

A part trouver un club, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ? 

Tout simplement que ma famille et moi soyons heureux, c’est la base.

 

Kentin

Photos : Page Facebook Clément Maury Officiel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s