Chloé Ménard : Le cheerleading est tellement différent des films

Elle nous vient du Canada et va remettre en place tous ceux et celles qui rêvaient ou bavaient devant les films Américains avec des cheerleaders car ce qu’elle nous dit est le contraire de ce que nous voyons ou nous pensons. A quinze ans, Chloé Ménard ne manque pas d’ambitions dans son sport, cheerleader depuis six ans elle ne pensait pas du tout devenir ce qu’elle est aujourd’hui grâce à ce sport qui l’a formée. Loin des terrains de sports, le cheerleading est loin d’être ce qu’il est dans les films et loin d’être aussi facile que nous le croyons car pour arriver au niveau de cette jeune Canadienne, il faut compter des heures et des heures d’entrainements. Alors qu’une carrière dure très peu de temps, cette jeune fille commence déjà à se soucier de l’avenir et espère pour voir participer à beaucoup de compétitions avant d’arrêter ce sport qui lui a tant donné. Malgré un décalage horaire élevé, Chloé Ménard a accepté de répondre à nos questions. Entretien.

 

« J‘ai commencé le cheer avec deux de mes amies. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Chloé ! Comment vas-tu ? Pour commencer, peux-tu te présenter s’il te plaît ?

C.M : Bonjour, je vais bien. Je m’appelle Chloé Ménard et j’ai quinze ans. Je fais du cheerleading depuis six ans. Au cheer, je suis base. Je pratique ce sport quatre fois par semaine en plus des compétitions.

Tu es une Cheerleader au Canada, explique nous un peu ce rôle peu développé en France…

Dans une routine de cheer, il y a cinq parties. Premièrement, il y a des stunts. Un stunt est quand la voltige monte dans les airs soutenue de deux bases et sa back. Le niveau de difficulté des stunts varie en fonction des niveaux. Cette partie-là est une partie qui nécessite le 100% de tout le monde car ceci est un gros travail d’équipe. Si quelqu’un abandonne, il va y avoir des répercussions sur tout le monde. La deuxième partie est les sauts. Personnellement, c’est celle que j’aime le moins. Elle consiste à sauter dans les airs et faire un des trois mouvements, pike, toe touch ou front hurdler. Habituellement, ces sauts sont enchaînés par trois ou quatre ou avec un mouvement de gymnastique. On peut alors faire un toe touch back, toe touch flick. La troisième partie est la gymnastique. Cette partie, contrairement aux stunts, est individuelle. La progression de chacun dépend uniquement de lui. La gymnastique est complexe et très difficile pour plusieurs. Augmenter de niveau veut aussi dire augmenter la gymnastique. Les mouvements de base sont : rondade, flick et back. Quand on les a, on peut ensuite les enchaîner pour augmenter la difficulté. La quatrième partie est la danse. Quand on est bon en danse, c’est facile. Si on ne l’est pas, c’est difficile. Les chorégraphies sont rapides et complexes, c’est pourquoi il faut souvent pratiquer sa danse. La cinquième et dernière partie est la pyramide. Elle consiste à regrouper tous les stunts pour créer une chaîne de stunts. C’est la partie la plus difficile car elle est souvent placée vers la fin quand tu es essoufflée et fatiguée. Elle est aussi complexe car quand les voltiges se connectent à d’autres voltiges, ceci permet d’augmenter la difficulté des mouvements. Un mouvement niveau quatre peut être placé dans une routine niveau trois si les voltiges se tiennent par les mains. Si une voltige tombe, la pyramide en entière ne marchera plus. Il est donc très important que la pyramide soit parfaite pour que ça marche !

Comment est venue l’idée de faire ça ?

J’ai fait un peu de gymnastique quand j’étais un peu plus jeune et quand j’ai commencé le cheer avec deux de mes amies, je n’aurais jamais pensé que continuer ce sport jusqu’à maintenant car tous les sports que je pratiquais quand j’étais petite ne duraient habituellement qu’une saison. Alors après la première saison, j’en ai commencé une autre, puis une autre jusqu’à maintenant !

Chloé Ménard 2

« Le cheerleading est tellement différent des films.« 

On sait que le sport dans votre continent est quelque chose de fantastique, suivi par énormément de personnes mais finalement est-ce que les cheerleaders ne sont pas les personnes les plus importantes ? 

Oui ! Beaucoup de personnes pensent que le cheer est facile et que ce n’est même pas un sport. D’après moi, c’est l’un des sports les plus difficiles à apprendre. Quand on parle de cheer, on parle aussi de donner un « show » quand on est en compétition. Donner le meilleur de nous-mêmes et performer comme si c’était la dernière fois est essentiel. Une performance dure 2:30. Oui, ce n’est pas long. Oui, toute une année à pratiquer notre routine pour 2:30 ce n’est pas long, mais ce 2:30 là est tellement difficile que quand on gagne, ça vaut tous les efforts qu’on a faits là-dedans !

Beaucoup comparent ça aux films Américains mais est-ce similaire ? Les cheerleaders sont des stars au lycée etc.

Non vraiment pas. Le cheerleading est tellement différent des films. On ne va pas encourager nos équipes de football ou de basket-ball. Il n’y a pas les pompoms qu’on agite dans les airs pour les encourager et finalement la popularité n’a aucun rapport. Dans mon école, il n’y a pas le petit groupe très populaire qui traîne avec l’équipe de football. Le sport ne définit pas ta côte de popularité.

Qu’est-ce que cela t’apporte ?

Ça occupe beaucoup mon année. Je ne fais pratiquement que ça. École, dodo et cheer. Ça m’apporte une bonne forme physique étant donné que le cheer est très exigent. Ça m’aide à me défouler, lâcher toute la pression, la colère, la peine… C’est aussi un bon moyen de se faire des amis et de passer un bon temps avec eux.

Chloé Ménard 1

« Une carrière de cheerleading ne dure pas très longtemps. »

Comment ça se passe ? Comment se prépare-t-on pour les chorégraphies ?

Dans les premières pratiques, on forme les stunts, on pratique des éléments qui pourraient se retrouver plus tard dans la chorégraphie. Ensuite, on pratique les enchaînements dans la routine et quand la routine est terminée, on la fait et refait sans arrêt.

Est-ce que devenir cheerleader pour une grande équipe NBA ou autres est quelque chose qui t’intéresse ?

Une carrière de cheerleading ne dure pas très longtemps. Quand ça fait dix ans que tu en fais, ton corps commence à le ressentir. J’aimerais aller au championnat du Monde au moins une fois. Si je veux faire partie d’une grande équipe, je devrais aller aux États-Unis. Je ne pourrais donc plus continuer mes études et ça serait compliqué. Alors je préfère rester avec mon club et mes amis !

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ?

Aller au championnat du Monde et de le gagner même si ça serait presque impossible. Continuer de m’améliorer jour après jour pour être une meilleure base, gymnaste pour mon équipe !

 

Kentin

Photos : Envoyées par Chloé Ménard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s