Abderrazak Charik : Quand j’ai commencé l’athlétisme je n’y connaissais vraiment rien

Il était pourtant dans une superbe lancée mais la vie en a décidé autrement puisque Abderrazak Charik s’est récemment blessé au mollet, une blessure qui empêche notre Franco-Algérien de continuer à courir après le temps. Un inconvénient qui renforce le mental de notre crossman national. Malgré ça, Abderrazak Charik garde un bon bilan de cette saison en ayant battu quelques records personnels mais annoncer l’arrêt de sa saison a été un dur moment pour ce jeune homme rempli de frustration à cet instant. Grand espoir du cross français, ce jeune athlète était pourtant loin de s’imaginer se battre pour aller aux Jeux Olympiques 2020 lors de ses débuts où il ne connaissait rien à l’athlétisme. Alors qu’il espère bientôt être de retour, nous sommes partis lui poser quelques questions. Entretien.

 

« Ça fait parti de la vie. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Abderrazak ! Comment vas-tu ? Pour commencer, peux-tu te présenter s’il te plaît ?

A.C : Bonjour, je m’appelle Abderrazak Charik, j’ai dix-neuf ans et je suis Franco-Algérien.

On a appris il y a peu de temps que tu étais blessé et que tu devais arrêter ta saison, une blessure qui t’empêche de défendre le maillot de la France, comment vis-tu ce dur passage ?

Même si ma qualification n’était pas sûre à 100% j’ai vraiment eu du mal à me dire que ma saison s’arrête là mais ça fait parti de la vie j’ai envie de dire.

Pour l’annoncer, tu as publié un message émouvant sur Facebook, c’était important pour toi de remercier les personnes qui t’ont aidé cette saison à aller de l’avant ?

Oui, je me devais de les remercier car ils sont présents toute la saison pour m’encourager, ça motive beaucoup d’avoir des personnes, pour la plupart, qu’on ne connaît forcément pas, puis, je recevais des messages car je ne publie pas de photos via les réseaux sociaux donc oui avec beaucoup de tristesse, comme je l’ai évoqué, il était de mon devoir de le dire.

Abderrazak Charik

« Je ne fais que progresser donc je ne suis que dans le positif. »

Malgré ça, quel bilan tires-tu de ta saison complète ? 

Pour le moment, je ne fais que progresser donc je ne suis que dans le positif. Je n’ai pas à être déçu de mes performances avec une bonne saison hivernale, puis, un début de saison estivale où j’explose mes records, ça promettait pour la suite.

Tu as rejoint le pôle de Fontainebleau, une infrastructure qui te permet de t’améliorer au fil des jours, comment as-tu vécu ce départ entre Dunkerque et Paris ?

Au début, ce n’était pas facile de quitter mes parents pendant une période de trois semaines voire un mois mais au fil du temps j’ai commencé à m’y faire.

Forcément cette blessure doit aussi te frustrer dans le sens où tu ne peux plus t’entrainer à Fontainebleau, n’as-tu pas eu peur que cet inconvénient soit irréversible ?

Au fond de moi je pensais que cette blessure allait me freiner mais pas au point de me dire que cette saison était terminée pour moi.

Abderrazak Charik 1.jpg

« Quand j’ai commencé l’athlétisme je n’y connaissais vraiment rien. »

On sait tous que ton objectif est les JO 2020 à Tokyo, le rêve de chaque sportif évidemment mais dans quel optique prépares-tu cet événement ?

On sait tous que jouer le premier rôle est impossible, si déjà j’y arrive je serai l’homme le plus heureux du Monde après ça ne sera que du bonus.

Finalement, ce rêve de gamin est devenu un objectif d’homme, quand tu regardes tes débuts à maintenant, que dirais-tu de tout ton parcours ?

Ce n’est pas rêve de gamin car quand j’ai commencé l’athlétisme je n’y connaissais vraiment rien. Je ne pensais pas me retrouver à ce niveau-là mais oui on peut dire maintenant que c’est un rêve de gamin que je veux accomplir. Je me suis entraîné comme un malade avec des hauts et des bas mais quand on regarde mon résultat actuel et d’où je suis parti c’est beau j’ai envie de dire.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ?

Pour la suite ? J’espère de tout cœur retrouver mes capacités à 100% à la rentrée ! Je vais reprendre tranquillement avec un seul objectif en tête les championnats d’Europe de cross 2017.

 

Kentin

Photos : Bertrand Butez (1) ; Facebook d’Abderrazak Charik (Photo de couverture & 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s