Clément Colin : C’est un événement sportif qu’on ne voit presque jamais sur Nantes

On aura tout vu ce week-end, des rires, de la danse, des basketteurs en folie, des moments stressants et surtout de la joie. Encore une fois, le tournoi de streetball Ball So Hard aura fait déplacer énormément de basketteurs et aussi de spectateurs puisque les gradins étaient remplis. Un événement Nantais qui clôture une semaine de basketball remplie d’émotions après la Coupe du Monde 3×3 et pour ça nous avons pu compter sur une dizaine d’équipes de basketball pour faire le show et faire rêver les enfants sur le bord du terrain. A dix-huit ans, Clément Colin est l’une des jeunes pousses de ce tournoi, une compétition qu’il effectue avec son meilleur pote, Tom. Impulsif sur le terrain mais doté d’un énorme talent, ce jeune Ligérien est surtout là pour se faire plaisir et se détendre après une saison bien remplie. Lunette de soleil sur le nez, serviette autour du cou et avec des chaussures de basket, c’est dans cette tenue de basketteur que Clément Colin est venu répondre à nos questions. Entretien.

 

« C’est un événement sportif qu’on ne voit presque jamais sur Nantes. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Clément ! Comment vas-tu ? Pour commencer, peux-tu te présenter s’il te plaît ?

C.C : Bonjour, ça va très bien. Je m’appelle Clément Colin, je joue au Vendée Challans Basket, j’ai dix-huit ans et j’habite à Nantes.

Tu joues à Challans et tu participes à Ball So Hard avec l’un de tes meilleurs potes, pourquoi participer à cette compétition ?

Je connais bien le patron qui est Patrick Mukoko et qui est un bon ami à moi, de plus c’est un événement sportif qu’on ne voit presque jamais sur Nantes.

C’est l’un des meilleurs tournois de streetball en France, qu’est-ce que tu aimes dans cette organisation ?

Le niveau qui est très élevé, il y a aussi l’enjeu mais surtout la liberté de jouer comme on veut car il n’y a pas tous les systèmes et codes à respecter.

 

« On est là pour gagner même si on est les jeunes pousses. »

Pour un jeune comme toi, comment abordes-tu la compétition ?

On aborde ça avec plaisir mais on est là pour gagner même si on est les jeunes pousses du tournoi.

C’est aussi une organisation pour se faire plaisir comme tu le dis, est-ce que tu fixes tout de même des objectifs personnels ?

Non, on se les fixe au niveau du collectif mais on est là pour passer un très bon week-end avec des bonnes personnes.

On voit parfois des moments d’énervement quand on n’arrive pas à se défaire des adversaires, comment gères-tu tout ça ?

(sourire) Je suis très impulsif et c’est ça qu’il faut que je corrige quand je suis sur le terrain. Après quand je suis sur ce tournoi-là je me détends un peu mais il faut que je travaille ça.

 

« Il faut prendre du plaisir. »

On voit surtout des gens heureux, que retiens-tu de ce tournoi ?

Le speaker Jean-Claude Muaka qui met le feu, les danseurs, le basket et les spectateurs qui viennent et qui sont à peu près 3 000 donc c’est magnifique.

Si tu devais faire la promotion de ce tournoi, que dirais-tu ?

Je distribuerais des flyers et je dirais aux gens que c’est gratuit, qu’il faut prendre du plaisir et que c’est du haut-niveau.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ?

Accéder à la N1 de Challans et pourquoi pas viser plus haut.

 

Kentin

Photo : Ball So Hard – 44 We Ball

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s