Nicolas Diguiny : La France n’est pas ma priorité

Après avoir passé toute sa formation en France, Nicolas Diguiny avait envie de changer d’air et pour réaliser cela, il a mis les voiles en direction d’un pays paradisiaque, la Grèce. Connu pour ses paysages et sa chaleur, ce pays Européen est aussi le cocon de très bons joueurs exilés. Après avoir côtoyé la Ligue 2 et la National, l’ex-Vannetais savait que son départ était risqué au niveau financier mais aujourd’hui tout cela est oublié malgré quelques pépins. Alors qu’il lui reste un an de contrat à l’Atromitos, Nicolas Diguiny espère bien rester en Grèce afin de continuer sa carrière au plus haut-niveau grec. Actuellement en vacances après une saison compliquée, nous sommes partis à la rencontre de Nicolas Diguiny. Entretien.

 

« J‘ai perdu quelques salaires au Panthrakikos. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Nicolas ! Peux-tu te présenter s’il te plaît ?

N.D : Bonjour ! Je m’appelle Nicolas Diguiny, je suis un footballeur professionnel de vingt-huit ans et j’évolue à Atromitos en Grèce.

Tu évolues en Grèce depuis 2014 après une passage en National au Poiré sur Vie, comment se passe ta carrière là-bas ?

Tout se passe bien ici. Après deux années hautes en couleurs au Panthrakikos, j’ai réussi à intégrer un très bon club à la fin de mon contrat.

Tu passes du Poiré sur Vie au Panthrakikos et tu es actuellement à Atromitos, comment s’est présentée cette opportunité ?

Mon ami Ben Mohamed était parti en Grèce un an avant et cela se passait bien, j’ai donc décidé d’envoyer des vidéos car je voulais changer d’air et ça a beaucoup plu en Grèce et je suis parti. Puis, j’ai fait deux bonnes saisons malgré une situation sportive difficile au club. J’ai eu beaucoup de propositions l’an dernier et j’ai choisi Atromitos FC.

Est-ce qu’en partant dans ce pays qui a des difficultés politiques et financières, tu t’es dit ça passe ou ça passe pas mais il faut tenter ?

Exactement, il y avait pas mal de soucis au niveau des paiements, j’ai d’ailleurs perdu quelques salaires au Panthrakikos mais je savais que c’était un risque à prendre car je savais où je voulais aller. Ç’a payé, je suis maintenant dans un club stable qui paie sérieusement.

Nicolas Diguiny 2

« C’est un championnat avec de gros écarts de niveau entre les équipes.« 

Tu y es depuis 2014, comment se passe ta vie là-bas ?

La vie ici est superbe. On s’y adapte très facilement que ce soit avec la nourriture, le temps ou les gens. Tout est sympa.

Comment s’est passée ton intégration à tes débuts en Grèce ?

L’intégration a été facilitée par la présence de deux joueurs francophones, Cherfa et Mbow, ainsi que beaucoup d’étrangers.

Tu es passé du National à la SuperLeague, le niveau est totalement différent, quelles sont les différences ? Le niveau de jeu ? Tu affrontais Quevilly, Concarneau et maintenant tu affrontes l’Olympiakos, le PAOK etc.

Oui, je suis parti de la National mais j’ai aussi évolué, avant cela, en Ligue 2 durant trois saisons. Le niveau ne m’a pas surpris, il y a bien sûr des équipes de niveau Ligue 1 mais aussi au niveau Ligue 2. C’est un championnat avec de gros écarts de niveau entre les équipes.

C’est vrai que tes anciens clubs sont tous tombés au plus bas Carquefou, Poiré sur Vie et Vannes, suis-tu toujours leurs résultats ?

Oui mes anciens clubs sont tombés bas mais ce sont des décisions financières et non sportives. C’est dommage, je suis surtout le VOC où j’ai évolué pendant huit ans. Je n’ai jamais évolué à Carquefou en seniors et je n’ai fait qu’un an au Poiré sur Vie.

Nicolas Diguiny 1

« La France n’est pas ma priorité. »

Ta saison est finie, quel bilan en tires-tu ?

Ce fut une saison très spéciale car j’ai été à l’arrêt pendant cinq mois pour une pubalgie mal diagnostiquée. Je sortais de trois ans sans pépins pourtant. Je me suis fait opérer seulement en janvier et j’ai repris la compétition fin février. Du coup, ma saison s’est résumée aux deux derniers mois et j’en tire un très bon bilan sur onze matchs dont cinq en tant que remplaçant pour avoir le temps de reprendre la forme. Puis, les six dernières titularisations ont été satisfaisantes puisque j’ai fait de très bons matchs et j’ai marqué quatre buts.

L’Olympiakos est encore champion de Grèce, que penses-tu de cette équipe presque indétrônable ?

L’Olympiakos est une bonne équipe mais je pense que la concurrence sera très rude pour eux l’an prochain. Les joueurs du PAOK ont été très bons cette année et je pense qu’ils le seront encore la saison prochaine.

Est-ce qu’après ce passage en Grèce, nous pourrons te revoir jouer en France ?

Pour l’instant, la France n’est pas ma priorité. J’ai fait mon trou ici et je vais déjà faire ma dernière année de contrat, ensuite, je verrai pour le futur.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ?

Continuer sur ma lancée de fin de saison et être bien physiquement pour faire la meilleure saison possible.

 

Kentin

Photo :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s