Lucie Carlier : On savait qu’on ne pouvait pas prétendre au haut de tableau

Elles ont atteint l’objectif du club, se maintenir en LFB. Après une saison satisfaisante, les joueuses de Tarbes savaient qu’elles ne pouvaient pas rivaliser avec les grosses équipes du top huit. Malgré un problème financier la saison passée, l’équipe est en pleine reconstruction et passe les étapes une par une afin d’arriver un jour au top niveau. Avec une joueuse de talent dans l’équipe, Tarbes peut donc compter sur Lucie Carlier afin d’amener ce club dans les meilleures positions possibles. Après une belle fin de saison, nous sommes partis à la rencontre de Lucie Carlier. Entretien.

 

« On savait qu’on ne pouvait pas prétendre au haut de tableau. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Lucie ! Peux-tu te présenter s’il te plaît ?

L.C : Bonjour, je m’appelle Lucie Calier, j’ai vingt-six ans, j’ai commencé le basket à l’âge de six ans mais j’étais dans les salles de basket bien avant, mes parents et grands parents étaient dans le basket donc j’ai été bercée au son de la balle orange. J’ai signé au club de Dunkerque en minimes France, et à l’âge de seize ans j’ai intégré l’équipe première qui évoluait en Nationale 1 à l’époque, j’y suis restée jusqu’à mes dix-neuf ans puis je suis partie vivre une expérience à l’étranger, à Kiev en Ukraine. Ensuite, je suis revenue en France au Poinconnet en N2, après, j’ai signé à Montbrison où j’ai passé deux saisons durant lesquelles j’ai remporté un titre de championne de France et une montée en Ligue 2. Cette année, me voici à Tarbes en Ligue Féminine.

Tu évolues à Tarbes en LFB où vous avez eu une petite frayeur puisque l’équipe a disputé les Playdowns avant de se maintenir grâce à une victoire face à Lyon, personnellement, as-tu eu peur de te retrouver en Ligue 2 ?

Non ça ne m’est jamais venu en tête. On était confiante, on savait qu’on arriverait à se maintenir. Les dirigeants et François avaient confiance en nous et n’ont cessé de nous répéter qu’on y arrivera. Chose qu’on a réussi à faire face à Lyon et qui nous a permis de relâcher la pression sur les deux derniers matchs.

Tarbes réalisait sa première saison en LFB, forcément l’objectif était de se maintenir et c’est chose faite ou visiez-vous plus haut ?

Première saison en LFB après une année passée en LF2 pour cause financière sinon c’est un club habitué de la Ligue Féminine. Mais de part ses anciens problèmes financiers, le budget de cette année est assez petit, on savait qu’on ne pouvait pas prétendre au haut de tableau. Notre objectif était de maintenir le club au plus haut niveau français.

 

 

« Jouer le match du mieux possible. »

Tu es une joueuse importante dans l’effectif, as-tu le rôle de motiver ta troupe avant chaque match ?

Non, je laisse ça à la capitaine et aux joueuses d’expérience. Mais il m’arrive sur le terrain en effet de motiver l’équipe ou d’encourager les filles après un panier loupé ou une balle perdue.

Tu réalises de bonnes performances, es-tu du même avis que moi ?

Sur la fin de saison oui.

Vous perdez votre avant-dernier match face à l’UFAB 49 sur un score assez large, quelle était la tactique de match ?

Nous sommes allées là-bas sans pression, pour jouer le match du mieux possible. Le temps de jeu a été partagé pour ne pas trop tirer sur les joueuses majeures et permettre aux autres de jouer plus que d’habitude.

 

 

« Nous ne sommes pas allées là-bas pour perdre.« 

La victoire reste une priorité mais face à Angers l’était-elle ou est-ce que l’absence d’Abby Bischop a beaucoup manqué à l’effectif ?

Nous ne sommes pas allées là-bas pour perdre. Nous restons des compétitrices avant tout, quand on joue c’est pour gagner. Après, en effet quand on enlève le meilleur élément d’une équipe c’est un peu plus compliqué, Abby apporte beaucoup offensivement. Sans elle, il faut que chacune apporte un peu plus que d’habitude.

Vous avez affronté Nice, comment abordais-tu ce match ?

Comme tous les autres, mais sans cette pression du résultat. Nous étions déjà maintenues, Nice aussi. Mon but sur ce match était de finir la saison de la meilleure façon possible.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ?

Un joli parcours et des titres !

 

Kentin

Photos : Dominique Bentejac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s