Julien Bonnet : C’est vraiment à partir du premier opus que l’aventure s’est lancée

Nous ne le remercierons jamais assez. Chaque mercredi, nous pouvons retrouver les belles actions des championnats nationaux en France. Un remarquable travail de Julien Bonnet et ses collègues qui nous font vibrer grâce aux différentes vidéos publiées sur Facebook. Il y a quelques mois, Julien Bonnet et son ami sont partis à l’aventure sur les différents Playgrounds de France, un projet immense pour eux mais un projet qui fait avancer le basketball Français dans le bon sens. Alors qu’une bande annonce a été dévoilée il y a quelques semaines, nous sommes partis à la rencontre de Julien Bonnet avant la sortie de son film le 1er mai. Entretien.

 

« C’est vraiment à partir du premier opus que l’aventure s’est lancée. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Julien, comment vas-tu ? Peux-tu te présenter brièvement s’il te plaît ?

J.B : Salut ! Je vais plutôt bien je te remercie. Alors moi c’est Julien, passionné de basket depuis presque vingt ans et de culture urbaine aussi. J’ai commencé le basket à l’âge de sept ans et j’en ai vingt-neuf aujourd’hui, je ne me suis pas encore arrêté !

Tu es le célèbre créateur de COURTCUTS, comment as-tu eu l’idée de créer ça ?

Je dirais d’abord que ce sont les CourtCuts qui sont célèbres plutôt que le créateur. Ça faisait un moment que j’essayais de faire des trucs dans le basketball, des événements, des vidéos… Et en regardant les mixtapes de BallIsLife ou hoopmixtape, je me suis dit qu’on pourrait décliner le projet en France en mettant en avant les championnats nationaux. J’ai commencé par faire des mixs et l’idée du TOP10 est venue naturellement par la suite, et c’est vraiment à partir du premier opus que l’aventure s’est lancée.

Racontes nous un peu tes débuts dans le basketball, comment as-tu connu ce sport ?

Mon voisin ! Il était plus âgé que moi mais je jouais souvent avec lui. Il s’était mis au basket, il avait un panneau sur son garage et s’amusait à me dunker dessus… Du coup, je m’y suis mis également et j’ai pas lâché depuis.

 

« Tu sens que tu fais un peu avancer les choses pour le basketball Français. »

Quel place occupe-t-il dans ta vie ?

Comment pourrai-je répondre à ça ? Disons la moitié de mon temps professionnel, les trois quarts de mon loisir. Il prend énormément de place !

Tu dois passer énormément de temps devant les vidéos etc. En quoi consiste réellement COURTCUTS ?

Oui j’y passe pas mal de temps. Quand on parle de CourtCuts, on parle surtout des TOP10, même s’il y a d’autres projets à côté. Ça se passe comme ça : le dimanche, je demande via la page ce qu’il s’est passé sur les terrains. Le lundi et le mardi, je réceptionne les vidéos, je les trie et je regarde aussi les matchs intéressants de NM1. Et le mardi soir, j’envoie le TOP10 à mon gars Lukas pour qu’il cale ses commentaires. Le mercredi matin, je finalise le TOP10 et je l’envoie à la FFBB qui le publie dans la journée. On peut ainsi voir les dix meilleures actions des championnats nationaux tous les mercredis.

Ce sont de courtes vidéos qui font connaître des joueurs, le fait de faire plaisir aux gens en leur montrant ça, c’est la partie que tu préfères ?

C’est vrai que c’est agréable d’avoir la reconnaissance d’un milieu que j’adore. Les joueurs sont vraiment contents de passer dedans. Ils reçoivent, en général, beaucoup de messages dès que leur nom est affiché. Tu sens que tu fais un peu avancer les choses pour le basketball Français et c’est très gratifiant.

 

« J’ai juste voulu revenir à mes premiers amours. »

Une bande-annonce est sortie et elle dévoile ton projet qui s’appelle « PLAYGROUND », peux-tu nous le présenter ?

Alors ça, c’est vraiment mon nouveau « bébé » comme je l’appelle. Comme je te disais plus haut, je suis un fan de culture urbaine et c’est vraiment le basket de rue qui a fait de moi un vrai passionné de basketball. Les mixtapes AND1 ont été une révélation à l’époque.  Avec PLAYGROUND, j’ai juste voulu revenir à mes premiers amours en me servant du réseau et des compétences que m’a apporté le projet CourtCuts. Pour ce premier opus, il s’agit d’un projet de film/reportage sur le basket de rue en France. Nous avons fait un road trip avec mon pote Max à travers tout le pays pour découvrir les terrains réputés de grandes villes, filmer des matchs et interviewer les joueurs sur place. Le film sort le 1er mai.

Mettre une « rivalité » amusante entre les villes, c’est le but de ce projet ?

Le but est vraiment de présenter les PlayGrounds de chaque ville. L’idée de les mettre en rivalité était juste là pour mettre un peu de piment. Cela restera évidemment un classement subjectif mais ça a motivé les joueurs à bien représenter leur terrain.

Ce projet a été longuement réfléchi ou est-ce que tu as pris tes affaires et tu es parti à l’aventure ?

Ça faisait un moment que j’y pensais. A côté, je suis professeur d’EPS et j’ai décidé à la rentrée 2015 de prendre juste un contrat de six mois afin d’avoir ensuite six mois de libre pour me concentrer sur ce projet.

Il a été très partagé sur les réseaux sociaux, cela t’a un peu surpris ?

Je t’avoue que cela m’a plutôt rassuré que surpris. J’y ai mis énormément du mien dans ce projet. Du temps, de l’argent… De mon point de vue, c’était une bonne idée mais aussi un gros pari. Je suis content des retours que j’ai eu, cela semble plaire mais je pense que ça pourrait être encore relayé. Il y a encore certains sites et pages Facebook à contacter.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter ?

Un bon succès lors de la sortie du film le 1er mai et de la réussite pour la mise en place du second opus qui aura lieu à Mayotte !

 

Kentin

Photo : Facebook de Julien Bonnet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s