Antonin Monin : Il y aura beaucoup de regards portés sur nous

C’est peut-être le match de sa vie, celui qui va changer sa carrière. A dix-sept ans, Antonin Monin va vivre un moment intensif fin avril puisqu’il prendra part à la finale de la Coupe de France U17, une finale attendue avec beaucoup d’excitation mais aussi de pressions. Parfois sélectionné avec les espoirs, notre Chalonnais s’entraine dur afin d’atteindre ses objectifs. Épaulé par Victor Mopsus, Antonin Monin essaie d’engranger l’expérience transmise par le plus jeune joueur entré dans un match de Pro A à quinze ans. Talentueux et ambitieux, nous espérons voir Antonin Monin réaliser de grandes choses. Entretien.

 

« Il y aura beaucoup de regards portés sur nous. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Antonin, comment vas-tu ? Peux-tu te présenter brièvement s’il te plait ?

A.M : Bonjour, ça va très bien. Je m’appelle Antonin Monin, j’ai seize ans et je joue actuellement au centre de formation de l’Élan Chalon/Saône.
Tu évolues en cadet dans le centre de formation de l’ELAN Chalon/Saône, comment se passe la saison actuellement ?
La saison se passe plutôt bien, on a pour objectif le Final Four mais on doit encore travailler pour arriver à atteindre cet objectif ! Nous sommes dans une poule avec de grosses équipes et tout le monde peut battre tout le monde.
Vous vous êtes qualifiés pour la finale de la Coupe de France U17, c’était l’objectif de la saison ?
Oui, c’était un des deux objectifs fixés. Depuis quelques mois maintenant, on s’entraîne vraiment dur pour progresser mais également pour atteindre nos objectifs. C’est une fierté pour nous et le club. Cela n’était pas arrivé depuis 2008 où malheureusement l’équipe de l’Elan Chalon/Saône s’était inclinée face au Havre.
Qu’est-ce que cela fait de se dire que tu vas jouer une finale nationale à l’Accor Hotels Arena ? 
Cela me fait bizarre car je n’ai encore pas eu la chance d’y aller même pour voir un match. C’est grandiose. La salle est immense, il y aura beaucoup de regards portés sur nous, forcément la pression est à son comble. L’excitation est aussi présente. J’ai qu’une hâte, c’est d’y être et de donner le maximum pour mon équipe. Je me dis qu’il y a des joueurs qui auraient bien aimé être à notre place.
« Je préfère un match difficile avec de l’enjeu plutôt qu’un match qui est trop facile.« 
Racontes nous un peu la demie-finale face à l’ASVEL ? 
Le début de match était vraiment serré. Au second quart-temps, notre équipe a bien défendu, on a pu faire des interceptions et des contre-attaques. Villeurbanne est passé en zone, ce qui nous a permis de faire ressortir notre adresse extérieure. A la mi-temps, on avait une avance de vingt points mais le match était loin d’être fini. On a alors continué notre match comme en première mi-temps et cela nous a permis de l’emporter. C’était un aboutissement.
Tu as aussi été champion de France U15 avec les minimes de l’ELAN Chalon/Saône, c’est à peu près la même sensation ?
La sensation est plus forte. En minimes, la finale avait lieu comme un espèce de tournoi organisé par un club du Val d’Europe. C’était sur trois jours et on jouait trois matchs dans la journée contre les meilleures équipes de France. La finale de la Coupe de France n’est pas pareille, la salle, l’ambiance, tout est mieux. Je ressens tout de même l’excitation comme j’ai pu l’avoir auparavant.
Racontes nous un peu le match que tu aimerais vivre.
J’aimerais vivre un match intensif avec de la dureté. Je préfère un match difficile avec de l’enjeu plutôt qu’un match qui est trop facile. J’aimerais bien que ce soit serré tout le long du match, que tous les joueurs de mon équipe fassent un gros match, moi y compris, et qu’à la fin, quand le buzzer retentit, qu’on gagne de quelques points, et qu’on aille tous sur le terrain.
« J’espère atteindre un bon niveau de jeu pour aller dans la meilleure équipe. »
Si on revient un peu sur ta saison, comment te sens-tu ? 
Je me sens plutôt bien. La saison a été marquée par des hauts et des bas comme pour beaucoup de sportifs je pense, mais aujourd’hui, je suis dans une phase où je suis en réussite. Je progresse petit à petit. Dans le jeu, mes coéquipiers me trouvent facilement.
Tu es parfois sélectionné avec les espoirs, qu’est-ce que cela représente pour toi ? 
Cela représente beaucoup. Je m’entraîne souvent avec eux pendant les vacances scolaires car je suis le seul vrai Chalonnais du centre de formation et cela me permet de progresser contre des joueurs qui sont plus expérimentés que moi. Si tu travailles dur et régulièrement au fil de la saison, c’est une sorte de récompense.
La saison prochaine, tu seras cadet troisième année, ce sera le début d’une rude bataille pour essayer d’atteindre le monde des espoirs mais aussi des professionnels comme avait fait Victor Mopsus ? 
Oui c’est certain. Victor Mopsus est un vrai collègue, il m’aiguille sur certains points et me corrige. C’est une rude bataille certes mais comme le dit mon coach actuel « Ce qui nous emmènera vers le plus haut niveau, c’est notre envie, notre mental mais surtout le travail individuel en plus des entraînements. » J’espère atteindre un bon niveau de jeu pour aller dans la meilleure équipe.
Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter pour la suite ?
Vous pouvez me souhaiter une bonne fin de saison avec les objectifs atteints mais également une progression pour avoir un meilleur niveau que celui que je peux présenter actuellement.
Kentin
Photo : Site officiel de l’Elan Chalon/Saône

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s