Sébastien Bouscarrat : Ce sont des souvenirs gravés pour la vie

Il nous a procuré des frissons et parfois des larmes pour certains supporters. Au début, nous n’y avons pas cru mais Bergerac venait vraiment d’évincer le RC Lens de la coupe de France, Sébastien Bouscarrat et ses équipiers continuaient cette aventure humaine et sportive. En huitième de finale, les joueurs de Bergerac Périgord FC affrontent le LOSC et malheureusement l’aventure s’arrête là pour le club de CFA. Une des révélations de cette centième édition de la coupe de France, Sébastien Bouscarrat a désormais la tête au championnat afin d’essayer de monter son club en National. En tout cas, nous pouvons remercier les joueurs de Bergerac qui nous ont fait frissonner de joie durant les matchs de coupe. Entretien avec Sébastien Bouscarrat.

« Il y avait une grosse frustration. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Sébastien, comment vas-tu  ? Peux-tu te présenter s’il te plaît ?

S.B : Bonjour, ça va merci ! Je m’appelle Sébastien Bouscarrat, je suis attaquant à Bergerac et je suis notamment passé par E.B.B.E (Entente Boé Bon-Encontre ), Agen, Bordeaux, Rodez et Colomiers.

sebastien-bouscarrat

Vous vous êtes inclinés face à Lille en coupe de France alors que vous avez égalisé à la 90è minute avant de voir vos espoirs s’envoler à la dernière seconde, que s’est-il passé dans ta tête après le coup de sifflet final ? De l’énervement au début et de la joie après ?

Pas forcément de l’énervement mais surtout une grosse déception suite à un scénario cruel. Nous sommes revenus au score à la 90è minute suite à un corner, à ce moment-là le stade explose, il y a de l’euphorie, peut-être un peu de déconcentration aussi avant de concéder ce deuxième but juste derrière. Nous prenons ce but suite à un mauvais dégagement de notre part. Au début, il nous fait mal, il y avait une grosse frustration de ne pas avoir eu les prolongations mais également une grande fierté d’avoir tenu en échec cette équipe de Lille jusqu’à la fin.

Tu as eu quelques douleurs à la cheville, es-tu rétabli ?

J’ai reçu un coup maladroitement, comme il peut en arrivé chaque week-end, c’était douloureux sur le moment mais rien de grave. J’en ai encore les traces aujourd’hui mais rien de bien méchant.

Sébastien Bouscarrat 2

« Ce sont des souvenirs gravés pour la vie. »

Eder a tué tous vos espoirs de rencontrer Monaco en quart de finale, cela était un rêve pour toi ?

Monaco, c’est ce qui se fait de mieux aujourd’hui avec le PSG en Ligue 1, ça aurait été super, une superbe fête mais c’est sûr que quand on voit comment on a souffert contre Lille, cela aurait été très compliqué face à Monaco. Ils marchent sur l’eau (sourire) mais on aurait été très heureux de les rencontrer en quart de finale.

Est-ce que dans ce genre de compétition tu portes attention aux statistiques ?

Non pas forcément, c’est avant tout une aventure humaine et collective que tu vis avec le groupe, le staff, le président et même la ville. C’est tout un ensemble qu’on essaie de partager donc on ne fait pas attention aux statistiques personnelles, c’est surtout vivre une aventure humaine. On rêve tous de vivre des moments pareils chaque année.

Vous avez réussi à faire douter des clubs au dessus de vous, beaucoup de gens se sont imaginés vous voir remporter la compétition, t’es-tu imaginé soulever la coupe de France comme certains ?

(Rigole) Non. Il n’y a jamais un match facile, on a réussi à battre Lens notamment avec un plan de jeu qu’on avait travaillé dix jours auparavant, on a eu moins de temps pour travailler Lille, après gagner la coupe de France sachant qu’il y a le PSG et Monaco cela aurait été compliqué car les équipes ne font pas d’impasse sur la compétition à ce stade-là, on y a peut-être pensé en rigolant entre nous mais au fond c’est très compliqué.

Comme beaucoup le disent, c’est une expérience humaine et sportive inoubliable et unique ?

La coupe de France est une compétition remarquable qui procure de grosses émotions. Quand on prend le match de Lens où on a réussi à créer l’exploit et se dire qu’il y a autant de joie à domicile avec plus de 5 000 personnes, ce sont des souvenirs qui restent gravés à vie, on aimerait vivre ça tous les ans mais c’est compliqué. Je souhaite à tous les amateurs de football de vivre de tels moments.

Vous avez véritablement rendu les gens heureux durant les soirs de coupe. Avais-tu ce ressenti ?

Oui, au delà de notre exploit, de notre joie, c’est vraiment la communion avec le public, on a vu des gens après le match avec les yeux qui brillaient, ils nous remerciaient d’avoir vécu de tels moments. Comme je l’ai dit, ce sont des souvenirs gravés pour la vie.

sebastien-bouscarrat-1

« Je sais que des clubs se sont renseignés. »

Une autre équipe a cependant réalisé l’exploit, c’est Fréjus, penses-tu qu’ils peuvent aller encore plus loin ?

A ce stade de la compétition, c’est compliqué. Ils réalisent un superbe parcours également, ils reçoivent Guingamp, dans un match qui sera délocalisé, pas forcément un avantage. Après ils jouent Guingamp, une équipe qui est pratiquement maintenue donc les Bretons vont sûrement jouer ce match à fond, ça s’annonce compliqué pour Fréjus mais sur un match tout reste possible même si c’est fatiguant et dur, on est transcendé.

Que retiens-tu de cette saison inoubliable ?

On réalise une très belle saison, on avait pour objectif de faire un parcours en coupe de France et d’éviter l’élimination contre une équipe inférieure. En championnat, on est bien placé, on va tout faire pour essayer de monter en National, c’est notre objectif premier. Après, on a remarqué que la coupe de France est très fatigante, ça puise beaucoup et on y laisse beaucoup d’énergie mais c’est une aventure qui reste et qui a fait vibrer toute une ville.

Tu as été une des révélations, as-tu eu des contacts avec des clubs supérieurs ?

Pas directement, je sais que des clubs se sont renseignés. J’ai eu pas mal de pépins physiques par le passé, j’ai subi deux opérations à cause d’une pubalgie. Cette année, ça va beaucoup mieux, l’équipe a pu profiter de mon bon état de forme. Après on verra d’ici la fin de saison. Je suis bien à Bergerac.

Maintenant, il va falloir se concentrer sur la fin de la saison ?

Il reste huit matchs, il faut vite passer à autre chose, l’aventure était belle. Maintenant il faut monter en National et mettre la tête au championnat afin de se concentrer et vraiment espérer une fin de saison exceptionnelle. Ce serait une saison inoubliable si on arrive à monter. Il faut se mettre 200% dans le championnat.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux ?

De monter avec Bergerac en National et voir si on peut aller plus haut et pourquoi pas réaliser un nouveau parcours la saison prochaine en coupe de France.

Kentin

Photos : Envoyées par Sébastien Bouscarrat ; Jean-Christophe Sounalet (2) ; Site officiel de Bergerac (1&3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s