Jolan Denis : On est tous sur une bonne dynamique avec de bonnes performances

Le doyen parle alors nous l’écoutons. Jolan Denis n’a pourtant que vingt-quatre ans et prend déjà le rôle de « vieux » dans l’équipe réserve de l’Hermine de Nantes, un statut qui lui va plutôt bien. Pilier de l’équipe, Jolan Denis aime l’ambiance qui règne dans la salle, une ambiance parfois tendue qui arrive à jouer en la faveur des Nantais. La tête sur les épaules et la maturité grandissante, il adore conseiller les jeunes U18 qui l’entourent, des jeunes qui ont un talent démesuré et le font savoir sur le terrain par de bonnes performances. Premiers du classement, les joueurs d’Alexandre Taunais espèrent monter dans la division supérieure, un objectif primordial. Samedi 11 mars, ils joueront face à Quimper pour pouvoir garder la première place. Entretien avec Jolan Denis.

 

« Je prends mon rôle de « vieux de l’équipe » à cœur. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Jolan, comment vas-tu ? Peux-tu te présenter pour mes lecteurs s’il te plaît ?

J.D : Bonjour, je suis Jolan DENIS, j’ai vingt-quatre ans et je suis dans l’équipe de Nationale 3 de l’Hermine de Nantes. Et sinon je vais bien, surtout après le match de ce week-end !

Tu évolues en Nationale 3 avec l’équipe réserve de l’Hermine de Nantes, vous êtes pour l’instant premiers, l’objectif est bien évidemment la montée en N2 ?

Nous sommes maintenant premiers puisque La Séguinière a perdu et que nous avons gagné contre la Similienne ce week-end. Du coup, l’objectif de la montée en N2 est en vue et ne dépend plus que de nous.

Comment juges-tu ta saison actuelle ?

Je pense faire bonne saison pour le moment. On travaille dur à l’entraînement pour que chacun progresse et que l’équipe progresse aussi. Après, j’essaie de donner le maximum sur le terrain à l’entraînement comme en match pour aider l’équipe en faisant ce que je sais faire et en faisant jouer mes coéquipiers. Puis, je prends mon rôle de « vieux de l’équipe » à cœur en étant aussi dans le conseil, à mon niveau, pour les plus jeunes.

Quelle est ta relation avec Alexandre Taunais ?

On a une relation de confiance l’un envers l’autre, mais aussi de conseil. Il y a toujours des choses à apprendre dans le basket et il est là pour me faire progresser davantage, c’est son rôle. Ensuite, on discute aussi tactiquement ensemble puisque lui a une vision extérieur du jeu proposé alors que moi une vision de l’intérieur. Ça nous arrive d’échanger pour avoir la meilleure solution à mettre en place. Après, je lui fais confiance sur le banc et il me fait confiance sur le terrain, c’est important dans un sport d’équipe.

 

« On est tous sur une bonne dynamique avec de bonnes performances. »

Tu as confié à Ouest-France en janvier que tu avais pris de la maturité, est-ce un facteur qui influe sur tes bonnes performances ?

C’est un facteur important effectivement, avec la maturité et l’expérience on gère mieux certaines situations dans un match. Même si les erreurs arrivent encore, le but est de les réduire au maximum. Les bonnes performances dépendent aussi de l’équipe entière. C’est plus facile de jouer dans une équipe qui aime jouer ensemble les uns pour les autres. On aime tous marquer c’est sûr mais on aime tous aussi faire briller le coéquipier d’à côté et c’est ce qui fait notre force. On est une équipe de copains alors on est tous sur une bonne dynamique avec de bonnes performances.

Est-ce quelque chose que tu essaies d’émettre aux jeunes U18 qui jouent avec toi ?

On a besoin des jeunes U18 en N3 que ce soit cette année ou dans les années à venir donc c’est important qu’on soit tous sur la même longueur d’onde et la même envie de jouer les uns pour les autres. Ce sont des gars intelligents avec du talent alors ils comprennent vite que la passe supplémentaire ou l’effort en aide défensive sont des choses importantes dans un match. On essaie aussi de leur faire prendre des responsabilités quand ils jouent avec nous, surtout qu’ils en sont capables !

Tu es le doyen, un statut qui n’apporte pas grande chose dans le sens où cela ne change pas la hiérarchie de l’équipe ?

On est une équipe où il n’y a pas forcément de hiérarchie sur le terrain. Ce sont les joueurs qui sont bons sur l’instant qui jouent et à chaque match cela peut changer. Ça fait aussi notre force comme le danger peut venir de partout. Si on regarde le match de ce week-end par exemple, la marque est très bien répartie et tout le monde a apporté. Être le doyen dans cette équipe, c’est juste faire les discours avant les matchs et gérer la cagnotte de l’équipe (sourire).

Samedi soir, vous avez joué face à la Similienne de Nantes, un derby assez important puisqu’ils sont troisièmes, c’est ce genre de match que tu affectionnes particulièrement ?

Oui, le genre de match avec du monde dans la salle, des mecs que tu connais bien en face et un enjeu important pour la fin de saison. On joue au basket pour ce genre match. Puis, quand on le gagne il y a une saveur supplémentaire.

 

« L’objectif est d’arriver à remplir la salle comme ils le font. »

Les places coûtent trois euros, touchez-vous une petite prime pendant la saison ?

Non, rien du tout, on doit être le seul club de la poule à ne rien avoir. La prime de match à domicile, c’est un pack de Desperados et à l’extérieur c’est un MacDo. Du coup, ça fait une équipe qui aime jouer pour le plaisir et pas forcément pour l’argent comme certains mercenaires. C’est plus agréable.

Il est vrai que parfois les supporters ne sont pas présents, c’est quelque chose d’important pour toi d’avoir du monde pour mettre le feu à la salle ?

Il y a toujours au moins les parents (sourire) mais c’est plus agréable de jouer devant un public qui encourage. Du bruit dans la tribune après un panier c’est toujours plus motivant. Après, la salle commence à se remplir avec des jeunes du club. Certains sont là à tous nos matchs et ça fait plaisir. On a envie de gagner pour eux aussi.

Trouves-tu qu’il y a une différence du nombre de spectateurs entre les U18 France et vous ?

Il y a beaucoup plus de spectateurs pour les U18 chaque week-end. L’objectif est d’arriver à remplir la salle comme ils le font. Le samedi soir, les gens ont toujours autres choses à faire mais à nous de leur prouver qu’on peut aussi passer un très bon début de soirée à l’Hermine !

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux ?

La montée en N2 évidemment !

 

Kentin

Photos : Laure Dumont-Bogaert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s