Léa Marques : J’ai toujours aimé faire ça

Gymnaste depuis son plus jeune âge, elle évolue rapidement jusqu’à rejoindre le pôle  espoirs de Toulon qui la mènera jusqu’en équipe de France. La fermeture de ce centre formateur va la propulser jusqu’au pôle France de Marseille… Pourtant toujours aussi bien sous les couleurs tricolores, elle se bat tous les jours pour les porter encore et encore. Entretien avec une gymnaste à l’énorme gentillesse et au cœur énorme.

 

« J’ai toujours aimé faire ça. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Léa, comment vas tu ? Peux-tu te présenter s’il te plaît ?

L.M : Bonjour, ça va bien. Je m’appelle Léa Marques, j’ai quinze ans et je suis membre du pôle France de Marseille.

Plus jeune, tu t’es tournée vers un sport assez peu médiatisé, la gymnastique. Pourquoi avoir choisi ce sport et pourquoi avoir voulu continuer à un tel niveau ?

J’ai vu les Jeux Olympiques de 2004 à la télévision et c’est ce que j’ai tout de suite voulu faire. J’ai toujours aimé faire ça.

Comment as-tu vécu ta première sélection en équipe de France ? 

Très bien, j’étais super contente. C’était l’un de mes objectifs.

lea-marques-2

« Je suis très heureuse d’être à Marseille. »

Depuis peu, les règles de sélection ont changés, tu n’es plus, a proprement parlé, dans le collectif France… comment vis-tu cette nouvelle ?

C’est malheureusement à cause de la blessure et de ma difficulté à revenir à mon niveau que je ne suis plus, a proprement parlé, dans le collectif mais je fais tout pour réussir et je compte bien avoir ma place !

L’année passée a également été un bouleversement pour toi puisque tu changes de pôle ! Celui de Toulon fermant tu pars à Marseille. C’était le pôle dans lequel tu souhaitais aller ? Comment t’es-tu intégrée ?

Ce n’était malheureusement pas le pôle dans lequel je voulais rentrer mais au jour d’aujourd’hui je ne regrette rien et je suis très heureuse d’être à Marseille. J’ai de supers entraîneurs et les filles sont géniales.

Comment s’est passée ta première compétition de la saison à savoir le Massilia ? Après cette compétition, on t’a vu signer des autographes ou même t’être arrêtée pour prendre des photos… Qu’est ce que tu ressens quand ça arrive ? Aurais-tu pensé un jour avoir autant de fans ?

J’ai bien vécu le Massilia en venant juste de récupérer mon niveau. Lorsque les gens me demandent des autographes je suis très contente d’ailleurs je les remercie de me soutenir. Non, je n’aurais jamais pensé avoir des fans.

Léa Marques.jpg

« Ce n’est pas la vie d’une adolescente normale. »

Avec ton emploi du temps très chargé, arrives-tu quand même à vivre une vie d’adolescente « normale » ?

Non ce n’est pas la vie d’une adolescente normale mais c’est ce que j’ai choisi et je ne le regrette pas. La gymnastique m’a permise de faire tellement de superbes choses et de belles rencontres !

Le fait d’être en pôle implique forcement un éloignement avec la famille. À quelle fréquence vois-tu tes parents ? L’éloignement est-il dur à supporter ? Et tes parents, comment le vivent-ils ?

Je rentre chez moi tous les week-ends. Puis, l’éloignement est supportable grâce à ma famille d’accueil qui est super avec nous. Mes parents le vivent plutôt bien car ils respectent mon choix.

Si tu devais passer une journée dans la peau d’une autre gymnaste, qui choisirais-tu et pourquoi ?

Je resterais moi car je suis bien comme je suis !

Que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour cette année?

De me faire plaisir et de regagner ma place dans le collectif car je travaille pour !

 

Tatou

Photos : Anh Viet Chau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s