A la découverte de Damien Verdier

Sera-t-il notre prochain Francisco Javier Gomez Noya ? A dix-huit ans, Damien Verdier pratique le triathlon, une discipline difficile puisqu’il faut s’entrainer intensément chaque semaine sans lâcher son rêve des yeux. Ambitieux et joyeux, notre jeune étudiant espère bien participer à un Ironman dans quelques années, un objectif sur le long terme. Après quelques blessures, Damien Verdier espère être dispensé de ces problèmes et pratiquer, sans encombre, sa passion.

 

-L-S-E-P-I : Bonjour Damien, comment vas-tu ? Accepterais-tu de te présenter s’il te plaît ? 

D.V : Je vais très bien merci, je m’appelle Damien Verdier, j’ai dix-huit ans, je suis étudiant et je pratique le triathlon.

Tu pratiques le triathlon depuis deux ans, comment es-tu parvenu à pratiquer cette discipline ? Quel sport pratiquais-tu avant ? 

J’ai pratiqué la natation pendant neuf ans dont quatre ans en compétition, comme je faisais beaucoup de vélo à côté, mon père m’a dit : « Pourquoi n’essaies-tu pas le triathlon ? ». Je me suis dit pourquoi pas et me voilà dans ce sport.

Expliques nous un peu le fonctionnement de ce sport…

Le triathlon est un mélange de trois sports : la natation, le cyclisme et la course à pied. Entre chaque sport, il y a la transition, la phase où on se prépare pour la discipline suivante. C’est un sport mixte.

damien-verdier-1

Pour réussir dans le triathlon il faut beaucoup s’entraîner, donnes nous un exemple de journée type. 

Effectivement, l’entrainement est intense. Je dirai plutôt une semaine type (rire). Le mardi et le jeudi, je m’entraîne à la course à pied de 18h15 à 20h. Pour la natation, les entraînements se font le mercredi et le vendredi de 19h30 à 20h30 et pour le vélo, les entraînements s’effectuent le samedi et/ou le dimanche à 9h ou 14h.

Est-ce qu’au bout de deux ans on se fixe des objectifs ?

Bien sûr ! Sur le court terme, j’aimerai participer à plus de compétitions et sur le long terme c’est beaucoup plus difficile mais participer à un Ironman est un rêve ou alors peut-être se reconvertir dans le cyclisme comme beaucoup de triathlètes.

Tu pourrais nous faire un récapitulatif de ton parcours ?

J’ai fait deux compétitions pendant la saison 2015-2016 : triathlon d’Annecy où j’ai fini vingtième sur plus d’une centaine de personnes avec un temps de 2h 34min 47s et le triathlon jeune de Pelussin où je termine cinquième sur cent avec un temps de 2h 33min 46s.

 

Si tu devais te décrire en trois mots, lesquels choisis-tu ? 

Ambitieux, sociable et joyeux.

Je veux que tu fermes les yeux et que tu t’imagines dans trois ans. Que fais-tu ? Que deviens-tu ? Où es-tu ?

C’est compliqué (rire) ! Je m’imagine en train de réaliser un Ironman, je poursuis mes études et le sport. Je me vois en France ou ailleurs, cela dépend de mes études ou du triathlon.

Quel sportif t’a inspiré dans ton enfance ?

Il y en a eu beaucoup. Le premier était Yannick Agnel puis il y a eu Florent Manaudou, Thomas Voeckler, Romain Bardet et Francisco Javier Gomez Noya.

Que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour 2017 ?

De bons résultats pour le triathlon et les études. Pas de blessure (rire). Je te dis aussi  bonne continuation pour ton journal.

 

Kentin

Photo : Envoyée par Damien Verdier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s