Clara Beugnon : J’ai rebondi et je vais beaucoup mieux

On ne s’y attendait pas et elle non plus. C’était l’une des meilleures gymnastes de sa génération et pourtant elle a dû quitter l’INSEP en juin 2016. Un terrible coup de massue pour cette jeune femme pétillante et bourrée de talent qui est membre de l’IS à Saint-Étienne. Un changement radical et difficile pour Clara Beugnon qui est désormais en terminale dans un établissement « normal ». Actuellement en pleine préparation pour le BAC en fin d’année, notre gymnaste n’a pas tout à fait encore pris ses marques dans sa « nouvelle vie ». Une nouvelle aventure pour cette jeune femme qui, maintenant, vit au jour le jour sans se fixer trop d’objectifs.

 

clara-beugnon-3

« C‘est vraiment devenue une passion. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Clara ! Comment vas-tu ? Accepterais-tu de te présenter pour mes lecteurs s’il te plaît ?

C.B : Bonjour, je vais bien merci. Avec plaisir, je m’appelle Clara Beugnon, j’ai dix-sept ans, je suis en terminale et j’habite en région parisienne. J’ai commencé la gymnastique au baby gym donc très jeune au CSMG Epinay sous Sénart. J’ai débuté plus sérieusement la compétition à l’âge de six ans et demi avec Diata mon premier entraîneur et ma mère Cécile Stancato. Je suis rentrée en 2010 au pôle espoir de Meaux, j’y suis restée deux ans. En 2012, j’intègre le pôle FRANCE de Marseille. Puis, en 2014, j’intègre l’INSEP en région parisienne pour deux ans. Je suis actuellement au club de l’IS à Saint -Étienne depuis fin août.

Tu pratiques la gymnastique depuis l’âge de deux ans, comment as-tu découvert ce sport peu médiatisé ?

Ma mère a pratiqué la gymnastique étant jeune, tout comme ma grande sœur. J’ai essayé plusieurs sports à côté mais j’ai vraiment accroché avec la gymnastique, c’est vraiment devenue une passion.

Expliques nous un peu ce que tu exerces ?

Le saut est l’agrès où le passage est le plus rapide. L’épreuve se déroule en quelques secondes : après une course d’élan rapide, on prend une impulsion sur un tremplin (premier envol), puis lors d’un second envol, on prend appui avec les mains sur la table de saut. Les points sur cet agrès tiennent compte de la réception au sol qui doit être stabilisée. Aux barres, il faut faire des « enchaînements » autour de la barre, de la petite à la grande ou de la grande à la petite. On appelle ça « les barres asymétriques ». Cet agrès dure à peu près cinquante secondes alliant coordination, force physique et souplesse. La poutre consiste à effectuer différentes figures avec pour objectif de ne pas tomber ou faire le moins de déséquilibre sur cinq mètres de long et dix centimètres de large. La durée de celle-ci est d’une minute et trente secondes. On a besoin d’équilibre, de souplesse, de grâce et de technique pour cet agrès. Enfin, le sol dure aussi une minute et trente secondes, on réalise un mouvement avec une musique alliant chorégraphie, acrobaties et sauts chorégraphiques. On est jugé sur la chorée et la réception de nos acrobaties.

 

clara-beugnon

« J‘ai rebondi et je vais beaucoup mieux. »

Tu es partie de l’INSEP en juin 2016, comment as-tu réagi à l’annonce de cette décision ?

Ç’a été très difficile de partir de l’INSEP sachant que ce n’était pas moi souhait… Je suis tombée en dépression pendant les vacances, un coup très dur. Donc, la plaie n’est pas totalement fermée aujourd’hui cependant j’ai rebondi et je vais beaucoup mieux.

Tu passes d’une vie de sportive professionnelle qui s’entraine tous les jours à une jeune femme « normale » qui va au lycée comme tous les autres de sa ville. Au début n’as-tu pas eu peur de ce changement ?

Si j’avais vraiment peur, j’appréhendais beaucoup cette nouvelle année surtout que je n’avais jamais connu ce rythme auparavant sachant je suis rentrée en pôle en classe de sixième. Évidemment que ça change beaucoup mais il faut faire avec. Je n’ai pas trop le choix.

Comment se passe ta « nouvelle vie » ?

Elle se passe plutôt bien. Je suis en terminale et j’ai une super classe ! À la gym, ça change énormément aussi puisque je passe de trente heures de gym par semaine à, à peine, quinze.

Et l’adaptation ? N’a-t-elle pas été longue ?

Elle est longue et je pense que c’est normale, encore aujourd’hui quand on me le demande je répète souvent « je commence à prendre mes marques ».

 

clara-beugnon-2

« Je préfère vivre au jour le jour. »

La gymnastique a pris une toute autre place dans ta vie maintenant ?

D’un côté oui car ce n’est plus le même rythme . J’ai également le BAC en fin d’année donc j’ai beaucoup plus de devoirs et de révisons à effectuer . Après non parce que je suis toujours aussi passionnée malgré mon changement de vie .

Mais ton objectif reste de réintégrer l’INSEP dans quelques années voire quelques mois ?

Je me suis fixée trop d’objectifs étant là-bas et au final le mur s’est écroulé sur moi en apprenant ma sortie. Je préfère vivre au jour le jour.

As-tu garder contact avec quelques filles de ton ancienne promotion ?

Bien sûr que oui ! Elles sont comme mes sœurs. J’ai, très régulièrement, des nouvelles surtout de mon ancienne « coloc » Camille Bahl.

Que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour 2017 ?

J’aimerai être épargnée par les blessures que j’ai trop souvent connues (sourire). Être récompensée de mon travail et avoir mon BAC en fin d’année.

 

Kentin

Photo : Maryne Lesquelen (photo de couverture, deuxième et troisième) ; Anne-Sophie Henri (première)

Une réflexion sur “Clara Beugnon : J’ai rebondi et je vais beaucoup mieux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s