Joshua Nadeau : On ne peut pas éviter Zlatan

Après une saison presque catastrophique avec Limassol en Chypre, Joshua Nadeau a préféré résilier son contrat en début de saison pour rejoindre un club suédois, le Gefle IF. Évoluant en première division et au poste de défenseur central, ce jeune joueur formé à l’AC Ajaccio s’éclate avec son nouveau club. Surpris par le froid et la neige à ses débuts, Joshua Nadeau a su s’intégrer parfaitement dans le vestiaire mais aussi dans la vie de tous les jours grâce à l’aide du club pour se sentir à l’aise. Actuellement en vacances, ce footballeur bourré de talent espère continuer sur ses bonnes performances en 2017 et pourquoi pas attirer les recruteurs de grands clubs européens.

 

« J’ai été surpris par le froid et la neige. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Joshua, comment vas-tu ? Accepterais-tu de te présenter pour nos lecteurs s’il te plaît ?

J.N : Je m’appelle Joshau Nadeau, je vais très bien. Je joue au poste de défenseur central et quelques fois arrière droit. J’ai commencé ma carrière à l’AC Ajaccio en centre de formation, U19, en CFA2 et en professionnel. J’ai d’abord joué mon premier match face au PSG, il y avait eu match nul. J’ai d’ailleurs joué sept matchs en Ligue 1 dont cinq titularisations. Après, je me suis dirigé en Chypre, à Limassol. J’ai, en tout, participé à neuf matchs ! Des événements ont fait que je ne suis pas resté en Chypre, je suis parti en Suède, à Gefle IF.

joshua-nadeau-1

Tu joues donc en Suède après être passé par l’AC Ajaccio et Limassol (Chypre), comment t’es-tu retrouvé à Gefle IF ?

Un joueur qui jouait avec moi m’a mis en contact avec le club suèdois. Le capitaine s’en allait et du coup un place se libérait. Je connaissais un peu la Suède car j’avais participé à un tournoi, la Gothia Cup. C’est donc grâce à lui ! C’était une bonne opportunité que j’ai su saisir puisque j’ai dû résilier mon contrat avec Limassol. Le championnat est actuellement terminé car à cause du froid il ne se joue pas comme en France. J’ai pu jouer vingt et un matchs sur trente.

Tu passes d’un endroit assez chaud à un endroit où le froid est quotidiennement présent, comment s’est passée ton intégration ?

J’ai été surpris par le froid et la neige. Quand je suis arrivé, il devait faire moins dix degrés. Ça n’a pas été facile au début mais le club m’a mis dans de bonnes conditions avec une voiture et un logement puisqu’ils savaient que je venais d’un endroit chaud et que j’avais l’habitude de supporter la chaleur. Ils ont tout fait pour que je sois à l’aise et les joueurs sont très sympathiques, ce qui a facilité la tâche.

Joshua Nadeau.jpg

« Je prends beaucoup de plaisir car j’évolue dans l’axe. »

Tu n’es resté qu’un an en Chypre, est-ce une expérience qui a été enrichissante pour toi ou regrettes-tu cette aventure ?

Enrichissante ! On doit apprendre de chaque aventure, si je n’avais rien appris je le regretterais. Ça m’a permis de découvrir un autre monde, une autre mentalité, j’ai su me débrouiller et apprendre l’anglais. C’était enrichissant dans certaines choses.

Comment s’est passée la saison ?

Elle ne s’est pas passée comme je le pensais. Ils n’avaient pas besoin de moi, j’étais un complément, ils me prenaient si quelqu’un avait un carton rouge ou une blessure. Je n’ai pas énormément joué puis ils voulaient me faire jouer au poste d’arrière droit. En Suède, je prends beaucoup de plaisir car j’évolue dans l’axe.

Joshua Nadeau 4.jpg

« Le championnat suédois est une bonne compétition pour se faire remarquer ! »

Si on revient au championnat suédois, si on le compare à la Ligue 1, que peux-tu remarquer ?

Le rythme est plus fort en Ligue 1 et l’animation offensive aussi. Les Français sont plus rigoureux que les Suédois. Dans le championnat suédois, les joueurs défendent en zone sur un coup de pied arrêté, je n’avais jamais vu ça et il y a aussi énormément de centres.

Mais ça reste inférieur à la Ligue 1 ?

Exactement. Le championnat suédois est une bonne compétition pour se faire remarquer ! Les joueurs ne sont pas chers, beaucoup de clubs européens viennent superviser de jeunes joueurs. On peut jouer en première division et développer ses capacités sans trop de pression.

Si on revient un peu à la culture suédoise, tu as dû apprendre la langue ? N’est-ce pas trop difficile ?

J’ai essayé d’apprendre la langue durant les premiers mois et ça n’a pas été facile. Les joueurs parlaient anglais du coup je suis resté avec l’anglais même si je connais quelques expressions en suédois.

Joshua Nadeau 2.jpg

« On ne peut pas éviter Zlatan. »

Tu évolues dans le pays du grand Zlatan, est-il si présent que cela ?

Très, très important ! On ne peut pas éviter Zlatan. Après je n’ai côtoyé que des gens en rapport avec le football.  Même si on n’aime pas le football, Zlatan est présent partout.

C’est un peu le Dieu ?

Même plus ! Ils ont construit une statut dans Stockholm.

Sinon, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour 2017 ? Un retour en France ?

Je ne sais pas. Que je ne me blesse pas, de jouer un maximum de matchs et que tout se passe bien !

 

Kentin

Photo : Page Facebbok ; Nils Petter Nilsson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s