A la découverte du métier de handballeur

Aujourd’hui, nous n’allons pas à la découverte d’un sportif mais bien d’un métier, c’est au tour de Florian Delecroix, handballeur au HBC Nantes, de nous présenter son métier mais aussi sa passion. Comme pour Lara Davidovic, nous aborderons les mêmes sujets. Alors que cette discipline commence à devenir très médiatisée sur les chaînes de sports, il reste encore quelques efforts à fournir pour une médiatisation équitable entre plusieurs sports. Avant une petite séance de musculation, Florian Delecroix a accepté de répondre à nos questions.

 

-L-S-E-P-I : Par quel moyen peut-on devenir professionnel ?

F.D : Le moyen le plus simple est de gravir les étapes les unes après les autres tout en gardant son objectif en vu, c’est-à-dire de passer par les sélections départementales, régionales, nationales, pôle espoir, les équipes de France jeunes et par un centre de formation.

Peut-on se spécialiser dans un seul poste ?

Le mieux est de se spécialiser dans un seul poste pour progresser plus vite car chaque poste est différent et demande des qualités différentes.

Le salaire moyen par mois ? Peut-on avoir des primes ?

Le salaire moyen au handball doit être aux alentours de 4 500€ par mois sans prime. Les primes sont mises sur un plan d’épargne.

 

Quels sont les jours travaillés ? Les horaires ?

Nous, à Nantes, nous travaillons généralement cinq jours sur sept. Les lendemains de matchs sont des jours de récupération même ci sur ces temps de récupération nous pouvons être en déplacement. Après les horaires ne sont pas les mêmes partout et sont en fonctions des matchs.

Quels sont les risques pour la santé ?

Il y a pas mal de risques par rapport aux blessures plus ou moins graves mais qui sont assez fréquentes.

 

Quels sont les avantages et les inconvénients de ce métier ?

Je dirais les horaires de travail, on voyage pas mal du coup on découvre un peu plus la France ou l’Europe et il y aussi le salaire mais les voyages sont aussi des inconvénients car on est souvent parti et du coup nous ne sommes pas chez nous, après il faut être bon tout le temps. On n’a pas le droit à l’erreur ou très peu et le temps de carrière est assez court.

Comment se déroule une journée type ?

Une journée type d’entraînement est : de dix heures à midi : musculation , de dix-sept heures à dix-neuf heures : entraînement. Le reste du temps, nous sommes libres et chacun fait ce qu’il a à faire.

 

Kentin

Photo : Luca Jordhéry – Hand Day

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s