Maria Guramare : Ça me semblait totalement impossible d’intégrer Harvard

Cela peut vous paraître improbable, mais à seulement seize ans, la jeune basketteuse Maria Guramare a réussi à intégrer l’université et l’équipe de basketball d’Harvard, une opportunité qui lui semblait totalement impossible en recevant les courriers du scout. Arrivée en pleine élection américaine, l’originaire de Bédarrides est entrée dans un univers fascinant. Avec une charge de travail deux fois plus lourde et de nouveaux aspects au basketball, cette jeune fille a réussi à trouver un rythme de travail mais aussi de vie. Même si elle ne réalise pas pleinement ce qui lui arrive, la joueuse d’Harvard est bel et bien entrain de vivre ce qu’on appelle « Le rêve américain ». Intrigué par son histoire et son expérience impressionnante, nous sommes partis à sa rencontre via les réseaux sociaux.

 

« Vu de l’extérieur ça semble fou. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Maria, comment vas-tu ? Peux-tu te présenter pour nos lecteurs s’il te plaît ?

M.G : Bonjour. Je vais bien, en ce moment c’est une période relativement intense avec de nombreux matchs et les examens de fin de semestre qui approchent mais globalement c’est assez agréable. Mon nom est Maria Guramare, je suis étudiante et athlète en première année à Harvard. Je suis passionnée de basketball, mathématiques et biologie. Je suis originaire de Bédarrides en Provence.

Tu as quinze ans et tu es à Harvard ! C’est quand même très impressionnant, est-ce que tu réalises ce que tu es entrain de vivre ?

En réalité je viens de fêter mes seize ans il y a peu. Effectivement, vu de l’extérieur ça semble fou, et ça l’est. Toutefois, je ne prends pas toujours du recul pour observer l’ampleur de ce qui m’arrive, surtout en étant entourée de tant de personnes incroyables et avec tellement de choses intéressantes à faire qui occupent ma vie.

 

« Intégrer Harvard m’a permis de rentrer dans un univers fascinant. »

Comment est-on mentalement quand on part à des milliers de kilomètres de sa famille à seulement seize ans ?

C’est un grand saut à faire. A la fin du superbe mais assez long été que j’ai passé en équipe de France et mes années à l’INSEP, j’aurai apprécié passer un peu de temps avec mes parents en sachant que je m’apprêtais à découvrir un monde totalement nouveau. Mais ma famille et moi avions confiance en l’institution dont je fais partie, et nous savions que c’était le choix le plus approprié pour moi. Intégrer Harvard m’a permis de rentrer dans un univers fascinant donc mentalement c’est positif.

C’est le rêve américain pour toi puisque tu étudies dans la meilleure université au Monde et tu joues au basketball pour celle-ci, comment s’est fait ton départ ?

Je pense que « rêve américain » est une manière très appropriée de décrire ce qui m’est arrivé. C’était vraiment une opportunité, j’ai été contactée par un scout qui m’a informé qu’Harvard recherchait quelqu’un de mon profil, et ensuite tout est allé très vite. Harvard, c’est alléchant non seulement à cause du nom mais pour toutes les choses qu’on peut y découvrir et y faire. Je suis très reconnaissante qu’on m’offre l’opportunité d’y faire des études et du basketball de top niveau.

 

« Ça me semblait totalement impossible d’intégrer Harvard. »

Et ton intégration, s’est-elle bien passée ?

Beaucoup de choses ont été mises en place pour que je me sente à l’aise ici. Tous les membres de la communauté considèrent l’expérience humaine comme une priorité et ont été très serviables. Cependant, il a été sollicitant de s’habituer au volume de travail et à la manière d’apprendre, et du côté basket à certains aspects du jeu et quelques requêtes.

C’est eux qui t’ont contacté ? Est-ce qu’au début tu y as cru ?

Comme je l’expliquais plus tôt, le contact s’est d’abord fait sportivement. Au début ça me semblait totalement impossible d’intégrer Harvard, parce que je n’envisageais pas mon départ pour cette année et parce qu’il s’agit de la meilleure université du monde, donc il fallait que l’institution scolaire m’accepte indépendamment même si le coach me voulait dans l’équipe. Mais apparemment ç’a réussi !

 

« Ils apprennent à être positifs et confiants. »

As-tu retrouvé tous les aspects que l’on voit dans les séries ?

C’est assez drôle parce qu’on a l’impression de connaître tous les clichés américains en Europe à force de baigner un peu dans leur culture. Il est vrai que certaines choses s’y retrouvent et je dois dire que c’est assez plaisant d’avoir les matchs NBA et NCAA sur les chaînes de télévision classiques, les nouvelles chansons… Mais ce qui m’a frappé ici c’est plutôt les mentalités, la manière de traiter les questions sociales et d’interagir. Les gens sont très compétitifs mais se montrent ouverts et amicaux, ils apprennent à être positifs et confiants.

Tu es arrivée au moment des élections, comment est l’ambiance après l’élection de Donald Trump ?

Le résultat des élections a été vraiment inattendu. Tout le monde s’attendait à ce que Hillary Clinton soit élue, mais les sondages ont été erronés parce que de nombreux citoyens qui étaient indécis ou comptaient voter pour Trump n’ont pas osé l’exprimer. Ici à Harvard, nous sommes très polarisés : la majorité des membres de l’institution sont démocrates. L’élection de Donald Trump a déclenché une tristesse impressionnante chez certains parce qu’elle a été vue comme une atteinte aux valeurs américaines. C’était intriguant de vivre sur le campus les quelques jours qui ont suivi l’élection : des discussions ont été organisées, on en parlait en cours, un examen d’économie qui devait avoir lieu le lendemain à été rendu optionnel… De base, aucun choix ne semblait vraiment satisfaisant et c’était déjà attristant de voir ce manque d’options dans une démocratie aussi importante que celle des États-Unis. Aujourd’hui, ce qui est préoccupant ce n’est pas tellement ce dont Trump sera capable seul, mais plutôt de qui il s’entoure et les conséquences de ses propos sur certains qui considèrent qu’exprimer leur racisme verbalement et physiquement est désormais légitime.

 

Kentin

Photo : Harvard officiel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s