Élie Delobeau : Dans la vie il faut savoir faire des choix

On se rappelle tous du parcours de l’ES Wasquehal en Coupe de France la saison dernière, Élie Delobeau en faisait parti. Excellent jeune joueur, ce footballeur est passé de club en club, par le LOSC, Wasquehal, Lens et le voilà maintenant en DHR à la JA Armentières. Il a fallut faire un choix et il l’a fait tout en gardant les pieds sur terre. Alors pourquoi être parti d’une CFA pour aller en DHR c’est la question que nous nous sommes posés. Ce jeune homme de vingt et un ans nous explique tout, son choix, son nouveau club et sa « nouvelle vie ».

 

« Dans la vie il faut savoir faire des choix. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Élie, comment vas-tu ? Est-ce que tu pourrais brièvement te présenter s’il te plaît ?

E.D : Bonjour, oui ça va merci. Je m’appelle Élie, j’ai vingt et un ans, je joue au football depuis mes quatre ans. J’ai commencé à Lille Sud dans un petit club de quartier, avant de rejoindre l’Iris Club de Lambersart puis le LOSC pour sept ans. Juste avant le sport étude je suis retourné à mon club formateur Lambersart puis l’ES Wasquehal deux ans avant de m’engager trois ans au Racing Club de Lens en centre de formation. Après cela, j’ai fait trois ans en CFA avec l’ES Wasquehal. Aujourd’hui j’évolue à la JA Armentières en DHR.

La saison dernière tu étais joueur à Wasquehal en CFA, actuellement tu es en DHR, que s’est-il passé ?

Je suis étudiant en école de commerce, le football, pour moi, a toujours été secondaire. Je pense que dans la vie il faut savoir faire des choix, ce n’est pas le football qui va me nourrir plus tard, même si on peut en vivre à ce niveau. Faire du foot à « haut niveau » jusqu’à trente/trente-cinq ans oui… Mais après ? Il faut savoir se projeter et voir le long terme. Quatre à cinq entraînements par semaine c’est compliqué lorsqu’on sort du cercle du monde professionnel.

 

« Retrouver le goût du ballon rond. »

C’est ton choix ou le choix des dirigeants de l’équipe ?

C’est d’abord mon choix. Étant arrivé très jeune en CFA (seize ans), mon intégration à ce niveau ne fut pas facile. Jeune joueur, plus d’expérience à mon poste, ce n’est pas simple. L’ES Wasquehal est un bon club formateur, mais évoluer dans une équipe première ce n’est pas la même chose. Ne pas s’entendre avec le staff peut vite vous couper l’envie de jouer au football. A la fin de ma troisième année, j’ai beaucoup discuté avec l’entraineur de la réserve Paul Leroy, un homme que je respecte énormément, et nous sommes arrivés à une conclusion commune, celle de trouver un club avec moins de tension pour prendre plus de plaisir et retrouver le goût du ballon rond.

Pourquoi avoir choisi un club de DHR ?

J’avais déjà fait quelques matchs de DHR avant d’intégrer la CFA. C’est une bonne division avec quelques bons joueurs. Malgré quelques touches dans la division CFA/CFA 2, je voulais reprendre du plaisir et l’envie de jouer que je n’avais plus à Wasquehal. La JA Armentières me permet de retrouver du plaisir tout en ayant un bon compromis financier. Je suis quelqu’un qui aime mouiller le maillot, pour les gens sur le côté ou ceux qui comptent sur l’équipe. Les clubs amateurs regorgent de personnes à notre service, je pense que la moindre des choses, c’est de leur ramener une victoire chaque week-end, quelque soit le match.

 

« C’est un club avec de bonnes valeurs et un réel projet. »

Comment se passe la saison avec ton nouveau club ?

Cela se passe bien, nous sommes une bande de potes avec de bons joueurs. Nous sommes quelques uns à avoir évolué dans des divisions supérieures. C’est un club avec de bonnes valeurs et un réel projet, cela m’a plu. Le respect est important dans le football. Sur le terrain et en dehors. Ça se perd malheureusement. Je pense que le football reste un sport et qu’il faut savoir garder les pieds sur terre et ne jamais oublier nos principes.

Quel est ton meilleur moment avec Wasquehal ? Le match face au PSG peut-être ?

Pour mon meilleur souvenir avec Wasquehal, il y a bien sûr le PSG… Mais le meilleur pour moi ce sont les deux années que j’ai passées là-bas avant de m’engager à Lens. Nous gagnions contre tout le monde, clubs professionnels ou non, et tous les trophées que ce soit le championnat ou les coupes. Que demander de mieux !

 

Kentin

Photo : La Voix du Nord – Journal régional

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s