Rudy Barbier : Peut-être que dans quelques années on se retrouvera dans la même équipe

Il nous a impressionné tout au long de la saison. Le jeune Rudy Barbier a réalisé la meilleure année de sa jeune carrière professionnelle. Après avoir passé trois ans dans l’équipe de Roubaix Lille Métropole, le sprinteur Nordiste a décidé de changer d’aire. Courtisé par plusieurs équipes, le frère aîné de Pierre Barbier recherchait le côté familial, une qualité qu’il a trouvé dans l’équipe de Vincent Lavenu. Sous contrat pendant deux ans, Rudy Barbier espère bien et mettra tout en œuvre pour pouvoir progresser et prouver qu’il peut réaliser de grandes choses.

 

« C’est la meilleure saison que j’ai réalisée pour l’instant. »

-L-S-E-P-I : Superbe saison pour toi, est-ce que tu t’es rendu compte un peu de toutes performances ?

R.B : Oui je suis content parce que l’équipe Roubaix Lille Métropole s’est bien accordée avec moi, donc personnellement j’ai fait une bonne saison avec une régularité tout au long de la saison. La régularité s’est ce qui nous caractérise puisqu’on est assez régulier durant chaque saison.

C’est l’une de tes meilleures saisons ?

Oui c’est la meilleure saison que j’ai réalisée pour l’instant.

 

« Renouveler mon contrat d’un an pour la saison 2016 était un vrai un pari. »

C’est vrai que peu de personnes t’auraient vu ici, tu nous a montré que tu pouvais être l’un des meilleurs ?

Oui mais après c’est vrai que ça faisait deux ans que j’étais dans l’équipe, renouveler mon contrat d’un an pour la saison 2016 était un vrai un pari. Je voulais continuer à progresser. Mais il était temps pour moi de changer de niveau. Ce n’est pas une surprise, je savais qu’en continuant d’être sérieux ça allait payer.

Est-ce que tu as fait ton bilan de fin de saison ?

C’est vrai que c’est l’heure de tirer des enseignements de cette saison car il ne reste plus beaucoup de courses. J’ai juste une déception par rapport à la coupe de France, je n’ai pas réussi à accrocher le podium, je n’étais qu’à quelques points. C’était la première année où j’étais aussi proche d’une troisième place au classement général. Donc les enseignements sont bons et puis l’année prochaine on aura d’autres objectifs.

 

« Peut-être que dans quelques années on se retrouvera dans la même équipe. »

Ton petit frère a été pris en stage dans l’équipe de Roubaix Lille Métropole avec toi, ça devait être des bons moments ?

C’était super et puis le staff Roubaix Lille Métropole m’en avait parlé assez tôt dans la saison. Ils le voulaient en stage pendant deux mois dans l’équipe. Donc on a fait une année sérieuse avec Pierre pour être en condition et honorer le maillot. Il a été très bien reçu par les coureurs et par le staff. C’est une bonne chose pour lui, il a pu voir ce qu’il reste à faire pour pouvoir passer un cap et il a appris à bagarrer en fin de course. Puis, il m’a donné un sérieux coup de main au tour de l’Ain où j’ai décroché une deuxième place sur une étape. Il a fini l’épreuve donc pour un jeune de dix-huit ans qui n’a pas les caractéristiques d’un grimpeur c’est génial. Niveau familial, c’était le top. Faire les voyages ensemble, chambre ensemble, partager un briefing et un débriefing c’est vrai que c’était plaisant et d’enrichissant pour nous. Peut-être que dans quelques années on se retrouvera dans la même équipe. Je remercie aussi tous les coureurs et le staff de l’équipe Roubaix Lille Métropole pour m’avoir permis de progresser et travailler pendant ces trois années.

Donc on revient un peu à ton transfert chez AG2R La Mondiale, pourquoi cette équipe et pas une autre car il devait y en avoir plusieurs sur toi ?

Oui c’est vrai qu’il y avait d’autres équipes sur le coup mais j’ai choisi AG2R La Mondiale. C’est cette équipe qui me caractérisait le plus. Je cherchais le côté familial et l’équipe d’AG2R La Mondiale est une famille, ils l’ont prouvé sur les grands tours. Le choix était clair, on a un projet commun, Vincent Lavenu me fait confiance durant deux ans, il souhaite me faire progresser avec l’équipe. C’est pour moi la meilleure option et c’était une évidence, il n’y avait aucun doute, c’est une occasion de faire des sprints avec un train de haut-niveau. Je vais essayer d’apporter mon sérieux et ma rigueur pendant les sprints.

Est-ce que tu penses déjà à 2017 en te fixant quelques petits objectifs ?

On déterminera les objectifs avec l’équipe mais on n’en a pas clairement discuté. Maintenant, je vais être au repos. Concernant le plan sportif, je ne l’ai pas fixé mais je veux gagner le plus tôt possible pour montrer aux coureurs et au staff de l’équipe qu’ils peuvent avoir confiance en moi et les objectifs viendront avec la forme.

 

Kentin

Photo : Flore Cauwelier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s