Thomas Boudat : C’est pour cela que j’arrête la piste

Thomas Boudat, l’un des meilleurs pistards Français, décide de se retirer de la piste. Alors qu’il a vécu des Jeux Olympiques assez difficiles au niveau des résultats, le sprinteur de la Team Direct Énergie rêvait d’une médaille olympique qu’il a vu s’envoler au fil des épreuves. Le jeune Bordelais quitte la piste de la meilleure des manières en devenant champion de France du scratch. Alors qu’il ne reste que quelques courses sur route, dès 2017 on ne verra Thomas Boudat que sur les épreuves sur route.

 

« C’est pour cela que j’arrête la piste. »

-L-S-E-P-I : Est-ce que tu as bien récupéré de tes Jeux Olympiques ?

T.B : Bien je ne sais pas si c’est le mot mais je ne vais pas me plaindre. La forme n’est pas si mauvaise que ça, je pensais être moins bien que ça.

Tu t’es préparé pendant quatre ans pour aller aux Jeux Olympiques, revenir sans médaille c’est quand même frustrant ?

Oui, c’est pour cela que j’arrête la piste. Parce que j’ai beaucoup sacrifié la route pour marcher sur la piste et sur les Jeux Olympiques en particulier mais ça n’a pas marché. C’est une page qui se tourne et j’espère maintenant faire mieux sur la route.

 

« C’est sûr que c’est une belle expérience. »

Malgré ça, tu as vécu le rêve olympique, c’est un truc de dingue ?

Oui c’est sûr, après je n’allais pas aux Jeux Olympiques simplement pour les vivre. J’y allais quand même pour ramener une médaille. C’est sûr que c’est une belle expérience que je n’oublierais pas. Si j’aurai pu ramener une médaille ça aurait été mieux.

Le bilan des médailles françaises en piste est maigre, ce sont des JO à oublier au niveau des performances ?

Personnellement, moi physiquement j’étais là, c’est sûr que je n’ai pas eu de médaille mais je n’étais pas à la rue et pour les autres c’est à eux de répondre.

 

« Il me reste du chemin à faire. »

Qu’est-ce qui t’as marqué le plus là-bas ?

L’organisation en elle-même. Il y a tellement de monde qui travaillent autour de ça, tellement d’athlètes. On voit ça nulle part.

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui veulent vivre ce rêve ?

Il faut vous entrainer dur et bien.

Dans notre dernière interview, tu nous disais avoir vécu pas mal de moments difficiles, où en es-tu rendu ?

Le principal, ce sont que les moments difficiles et les bons moments s’équilibrent. Un moment comme jeudi avec mon frère Nicolas ça permet d’équilibrer la balance. Après les Jeux Olympiques ont été une très grosse déception mais bon je suis encore jeune et il me reste du chemin à faire.

 

Kentin

Photo : Thomas Boudat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s